Le président de l'Ordre des avocats de la zone historique de Porto a déclaré aujourd'hui que les mesures prises par la municipalité pour la nuit de São João étaient attendues, mais ne suffiront pas à arrêter les rassemblements familiaux traditionnels dans les rues.

«Au niveau sectoriel, ces mesures devront être respectées, mais en ces choses le peuple est souverain. Faites votre fête et il n'y a pas de loi », a déclaré António Fonseca dans des déclarations à Lusa.

La mairie de Porto a annoncé mercredi que dans la nuit de São João, célébrée du 23 au 24 juin, et dont les fêtes ont été annulées, il n'y aura pas de transports en commun et les rues auront renforcé l'inspection et la police.

Dans un communiqué, la municipalité, dirigée par l'indépendant Rui Moreira, a déclaré que les rassemblements privés et les grands rassemblements devaient être évités, soulignant qu'ils n'avaient pas le pouvoir d'interdire aux gens de circuler dans les rues, ni de se joindre à la maison, la municipalité se montre «Préoccupé», demandant la contribution de chacun.

A Lusa, Fonseca, qui est également président de l'Union des paroisses du centre historique, a souligné que les mesures annoncées par la municipalité étaient déjà attendues, sous peine de compromettre tous les efforts déployés par les hommes d'affaires du secteur pendant les trois mois de détention. .

«Il y aura d'autres opportunités à compenser. Après tant de mois avec tout le soin, une fête comme celle-ci pourrait jeter tout le sacrifice qui a été fait et nous n'aurions probablement pas un autre São João, ou un autre Carnaval, ou d'autres choses comme ça », a-t-il dit.

En tant que président de l'Association des bars de la zone historique de Porto (ABZHP) et maire, António Fonseca estime cependant que les mesures annoncées par la municipalité ne suffiront pas à arrêter les rassemblements familiaux traditionnels qui envahissent chaque année certains quartiers de la ville, par exemple. ce qui nécessite au moins certaines procédures de sécurité à suivre.

«Je pense que ce sera un processus naturel. Nous espérons juste qu'ils prennent les précautions nécessaires: au lieu de marcher avec le marteau, ils portent le masque », a-t-il dit, se montrant convaincu que les gens, comme le veut la tradition, avec leurs grillades dans la rue.

Ce fonctionnaire estime toutefois que le renforcement de la police et de l'inspection et le manque de transports publics décourageront les personnes physiques d'autres municipalités à déménager à Porto.

Tout en reconnaissant l'impact économique de l'annulation des festivités de São João dans ce secteur et dans d'autres, Fonseca comprend que, dans ce cas, il est préférable que cette année n'ait pas lieu, notamment parce qu'une mauvaise expérience pourrait compromettre d'autres festivités, telles que le réveillon du Nouvel An. qui attire des milliers de personnes à Porto.

«Parfois, il est préférable de reporter notre fête et de la rendre sûre. Bien sûr, São João est d'année en année, mais si c'est pour protéger afin que nous puissions l'avoir dans les années à venir, c'est bon pour tout le monde », a-t-il souligné, ajoutant que« c'est pour la défense de tous ».

Le 4 avril, Rui Moreira a annoncé l'annulation des festivals de São João, à savoir concerts, promotions et célébrations officielles et feux d'artifice, étant donné l'incertitude de la propagation du virus.

Le même jour, la municipalité de Vila Nova de Gaia, le quartier de Porto, a également annoncé l'annulation de ces festivités.

Les festivités de São João sont célébrées dans le nord du pays, du 23 au 24 juin, et dans le district de Porto, les municipalités de Porto et Vila Nova de Gaia ont traditionnellement divisé l'organisation qui repose généralement sur des feux d'artifice et des spectacles de divertissement, entre autres divertissements qui emmènent des milliers de personnes dans les rues.

La pandémie de Covid-19 a déjà fait plus de 418 000 morts et infecté plus de 7,4 millions de personnes dans 196 pays et territoires, selon un rapport de l'agence française AFP.

Au Portugal, 1 504 personnes sur 35 910 ont confirmé la mort, selon le dernier bulletin de la direction générale de la santé.

VSYM (SVF / PFT) // LIL