Dans un communiqué, l’ALEP a déclaré que l’ensemble du secteur du tourisme avait été «surpris» cette semaine avec une commande éliminant la partie du soutien non remboursable de la ligne touristique portugaise qui soutient la trésorerie des micro et petites entreprises.

Il a estimé que l’association, à un moment critique, lorsque les petites et moyennes entreprises touristiques «sont décapitalisées, après plus d’un an de crise profonde, cette coupure est incompréhensible».

L’ALEP a rappelé que, récemment, le gouvernement a reconnu la situation critique du secteur et renforcé les mesures de soutien au tourisme.

«Maintenant, le gouvernement fait marche arrière et coupe non seulement le soutien supplémentaire créé, mais élimine également les 20% existants de fonds perdus. L’argument avancé par l’exécutif pour cette réduction était que le pays est déjà «dans un contexte d’ouverture économique» et qu’en tant que tel, il n’a pas de sens de maintenir cette partie non remboursable », lit-on dans la note.

L’ALEP a également déclaré que, dans le texte de l’arrêté, le gouvernement reconnaît que le maintien du soutien aux entreprises touristiques continue d’être «essentiel dans la phase actuelle».

«Mettre fin au soutien en général et, à un moment où les entreprises en ont le plus besoin, est, pour ALEP, une erreur. Encore plus en ce qui concerne le segment des micro et petites entreprises, qui en lui-même est déjà très fragilisé par les conséquences économiques de la pandémie », a déclaré l’association.

De cette manière, l’ALEP a admis attendre du Gouvernement qu’il revoie cette situation, promettant de tout mettre en œuvre pour récupérer ce soutien «si nécessaire en ce moment encore très difficile pour tous les agents du tourisme».

Pour les dirigeants de l’ALEP, «cela n’a pas de sens et il n’est pas juste que les voyagistes meurent sur la plage faute de soutien. Surtout après avoir tant nagé pour y arriver ».

Le 7 avril, l’ALEP a mis en garde contre la nécessité pour le gouvernement de continuer à soutenir le secteur jusqu’à la fin de l’année, avec la perspective d’un «hiver douloureux», car «la crise ne se termine pas à l’été».

«La récupération sera lente, elle ne sera cohérente qu’en cas d’immunité de groupe. Nous sommes dans un contexte – dans le cas de l’hébergement local – où nous ne sommes pas seulement dépendants du Portugal, mais de toute confiance dans les voyages, qui n’est prévue que pour la fin de l’année », a souligné le président de l’association, Eduardo Miranda, à l’Assemblée de la République.

À l’occasion, le responsable a également déclaré que l’hébergement local avait enregistré une baisse de ses revenus d’environ 80% au Portugal au premier trimestre de l’année, les derniers mois de la pandémie étant les pires pour les hommes d’affaires.

RCP (JML) // SSS

Le contenu de Covid-19: Local Accommodation est en désaccord avec les coupes gouvernementales dans le secteur du tourisme apparaissant en premier dans Vision.