A Braga, en marge du 26e Congrès national de médecine interne et du 7e Congrès ibérique de cette spécialité, António Lacerda Sales a noté la croyance en la capacité des groupes de centres de santé à s'organiser entre eux et en coordination avec les services hospitaliers.

Le responsable du gouvernement s'est entretenu avec des journalistes après que le président de la Fédération nationale des médecins (FNAM) a accusé aujourd'hui le ministère de la Santé de transférer toute la responsabilité des soins aux maisons de retraite entre les mains des médecins de famille.

«Nous avons une dépêche décisive, la Dépêche 49/59 d'avril, qui définit les lignes d'assistance aux usagers des structures résidentielles pour personnes âgées, qui n'ont pas besoin d'être hospitalisées, par les médecins des Groupes de centres de santé (ACES) ) », A déclaré le responsable du gouvernement.

Selon le secrétaire d'État, «ces questions sont d'une portée fonctionnelle et organisationnelle» de l'ACES eux-mêmes: «Nous pensons que les directions respectives sont capables de se coordonner et de s'articuler pour que cela se produise et que les médecins de l'ACES peuvent aller porter assistance à domicile, coordonné, évidemment, avec les directions de l'hôpital, lorsque des hospitalisations sont nécessaires ».

António Lacerda Sales a admis que lorsqu'un médecin va faire sa maison dans une structure résidentielle pour personnes âgées, il ne prendra probablement pas de rendez-vous qu'il aurait prévu.

«Ce sont des problèmes fonctionnels et organisationnels, mais nous savons aussi que les collègues se remplacent. Il existe d'autres solutions, comme les maisons privées, qui peuvent embaucher des médecins », a déclaré Lacerda Sales, ajoutant qu'il existe un ensemble de situations permettant à« tous les utilisateurs d'avoir accès ».

S'adressant à Lusa au sujet d'une déclaration dans laquelle la FNAM a révélé qu'elle était «consciente que le ministère de la Santé avait demandé l'élaboration d'une échelle composée de médecins de famille pour prodiguer des soins aux usagers d'un domicile à Barreiro», Noel Carrilho a critiqué la position de la ministre de la Santé, Marta Temido, et a exigé la définition d'une solution différente pour ce type de problèmes.

«Nous dénonçons la solution trouvée pour ce type de cas – qui deviennent répétitifs – en plaçant essentiellement la responsabilité entre les mains des médecins de famille affectés à la zone d'origine. Ce n'est pas une solution, c'est un rejet de responsabilités pour les médecins », a critiqué le dirigeant de la FNAM, rappelant que l'instance est« favorable à l'intégration de ces institutions dans le Service national de santé (SNS) ».

Selon Noel Carrilho, cette indication du déplacement des médecins de famille pour porter assistance aux usagers à domicile se traduira par la perte des autres patients attribués à chaque professionnel, bien qu'il ait assuré qu'il n'y aura pas de refus d'assistance.

JCR (JYGO) // ZO