Les passagers des vols en provenance de Chypre, de Lituanie et de Suède n’ont plus à se conformer à la période d’isolement prophylactique de 14 jours à l’entrée du Portugal continental, à compter de lundi, a déclaré le gouvernement aujourd’hui.

Dans un communiqué, le ministère de l’Administration interne déclare que, dans le cadre des mesures de lutte contre le covid-19 appliquées au trafic aérien, ainsi que l’embarquement, le débarquement et les licences foncières des passagers et des équipages des navires de croisière dans les ports nationaux. du territoire continental, le gouvernement «a mis à jour la liste des pays à partir desquels seuls les voyages essentiels sont autorisés et dont les passagers doivent se soumettre, après être entrés au Portugal continental, à une période d’isolement prophylactique de 14 jours, à domicile ou dans un lieu indiqué par le service de santé autorités ».

Chypre, la Lituanie et la Suède ayant un taux d’infection par le SRAS-CoV-2 inférieur à 500 cas pour 100000 habitants au cours des 14 derniers jours, le gouvernement a décidé que les passagers des vols en provenance de ces pays ne devaient plus se conformer à la période d’isolement prophylactique. de 14 jours à l’entrée sur le territoire continental à partir de 00h00 le lundi (31 mai).

«Les voyages à partir de ces pays sont également autorisés, quelle qu’en soit la raison», déclare l’AMI.

D’autre part, poursuit l’AMI, les passagers des vols en provenance d’Afrique du Sud, du Brésil et d’Inde continuent à ne pouvoir effectuer que les trajets essentiels et doivent accomplir, après leur entrée au Portugal continental, la période d’isolement prophylactique.

« Les déplacements essentiels ne sont également autorisés que pour les pays qui n’intègrent pas l’espace Schengen, à moins qu’ils n’intègrent la recommandation de l’UE qui les classe comme pays sûrs », précise l’AMI.

Selon le gouvernement portugais, les voyages essentiels sont ceux qui sont destinés à permettre le transit ou l’entrée au Portugal de citoyens voyageant pour des raisons professionnelles, d’études, de réunion de famille, de santé ou humanitaires.

Tous les citoyens qui ont l’intention de voyager au Portugal par avion (à l’exception des enfants de moins de 24 mois) doivent présenter une preuve de test de laboratoire (RT-PCR) pour le dépistage de l’infection par le SRAS-CoV-2, avec un résultat négatif, effectué en les 72 heures précédant le moment de l’embarquement.

L’AMI rappelle que les compagnies aériennes ne devraient autoriser les passagers à embarquer sur des vols avec une destination ou une escale au Portugal continental que sur présentation, au moment du départ, du résultat négatif du test.

« Les compagnies aériennes encourent une infraction passible d’une amende de 500 à 2.000 euros par passager qui embarque sans présenter de preuve de test RT-PCR, avec un résultat négatif, réalisé dans les 72 heures précédant l’embarquement », prévient le gouvernement.

Des mesures restrictives du trafic aérien sont également appliquées à l’embarquement et au débarquement des passagers et des équipages des navires de croisière dans les ports situés sur le continent portugais, le ministère dirige également par Eduardo Cabrita.

Ces mesures – explique le gouvernement – sont en vigueur entre le 31 mai et le 14 juin 2021, et peuvent être révisées à tout moment, en fonction de l’évolution de la situation épidémiologique.

FC // HB