Les derniers jours du pèlerinage à La Mecque, en Arabie saoudite, coïncident avec «Eid al-Adha», une fête qui dure quatre jours au cours de laquelle les musulmans abattent le bétail et distribuent de la viande aux pauvres.

Il est cependant devenu beaucoup plus difficile pour les musulmans de respecter la tradition religieuse d'achat de bétail, car la pandémie a poussé des millions de personnes dans le monde à des niveaux de pauvreté ou à se rapprocher de la pauvreté.

En Somalie, le prix de la viande a légèrement augmenté, mais il a suffi à Abdishakur Dahir de Mogadiscio de ne pas, pour la première fois de sa vie, acheter des chèvres pour le festival.

"Je peux à peine acheter de la nourriture pour ma famille", a déclaré Dahir, ajoutant que "la vie devient de plus en plus difficile de jour en jour".

Dans certaines régions d'Afrique de l'Ouest, le prix du bélier a doublé et les vendeurs de bétail, habitués à faire de bonnes affaires dans les jours précédant le début de la Fête du Sacrifice, se plaignent de la baisse spectaculaire des ventes.

Le pèlerinage annuel à La Mecque cette année a subi un lourd impact de la pandémie de coronavirus, modifiant tous les moments symboliques.

L'année dernière, le pèlerinage a attiré 2,5 millions de musulmans du monde entier, mais cette année, seuls 1000 pèlerins, résidant déjà en Arabie saoudite, ont été autorisés à accomplir le «hajj», le moment le plus important de la tradition, lorsque les pèlerins ils prient et contemplent sur le mont Arafat, où le prophète Muhammad a prononcé son dernier sermon il y a près de 1 400 ans.

Le ministère de la Santé d'Arabie saoudite a assuré qu'il n'y avait pas de cas de maladie de la covid-19 parmi les pèlerins, notamment parce que le gouvernement avait pris de nombreuses précautions, notamment des tests et des mises en quarantaine préalables, la surveillance des mouvements et l'imposition d'une distance physique.

Les pèlerins ont été sélectionnés après leur inscription sur un portail en ligne et seuls ceux âgés de 20 à 50 ans ont été admis.

Aujourd'hui, à l'aube, de petits groupes de pèlerins – avec masque et distance physique – se sont dirigés vers Mina, où ils jetteront des pierres au diable, qui, croient-ils, a tenté de convaincre Abraham de ne pas se soumettre à la volonté de Dieu.

Le «cheikh» Abdullah al-Manea, membre du Conseil suprême des grands chercheurs d'Arabie saoudite, a utilisé aujourd'hui le sermon du «hajj» pour saluer la «sage décision du royaume» de limiter le nombre de pèlerins.

"Nous apprécions le rôle positif des musulmans du monde entier qui se sont conformés aux règles de protection de leurs pays pour empêcher la propagation de ce virus, qui permet la protection de La Mecque et de Médine", a-t-il déclaré.

Partout dans le monde aujourd'hui est un jour pour les réunions de famille musulmanes et les prières dans les mosquées, mais tout le monde ne peut pas le faire.

Dans la capitale irakienne, Bagdad, les rues sont pratiquement vides en raison d'un confinement de 10 jours imposé par les autorités pour empêcher une seconde propagation du virus, et les prières de «l'Aïd» dans les mosquées ont été annulées.

Des mosquées ont également été fermées au Kosovo et aux Émirats arabes unis, tandis que le Liban, qui est également en détention obligatoire jusqu'au 10 août, n'autorise les prières dans les mosquées que dans le cadre de mesures de sécurité strictes.

En Indonésie, le pays comptant le plus grand nombre de musulmans au monde, les gens étaient autorisés à participer aux prières de la mosquée «Eid», mais en vertu de directives sanitaires strictes, y compris l'utilisation de leurs propres tapis de prière, l'imposition d'une distance entre chaque fidèle, l'usage obligatoire d'un masque et l'interdiction de se serrer la main ou de s'embrasser.

Les autorités indonésiennes ont également ordonné que la distribution de viande aux pauvres se fasse de porte à porte pour éviter les longues files d'attente habituelles.

Le pèlerinage à la ville sainte de La Mecque est considéré par les musulmans comme l'un des cinq piliers de l'islam, que tous les fidèles doivent accomplir au moins une fois dans leur vie tant qu'ils ont des conditions physiques et des ressources.

PMC // ANP

Contenu de Covid-19: les musulmans commencent la Fête du Sacrifice sous de fortes mesures de sécurité apparaît en premier dans Vision.