Le directeur de United Artists (AU), Jorge Silva Melo, a déclaré à Lusa qu'il était «la fin du travail» dans l'entreprise. Les derniers jours, a-t-il dit, ont été consacrés à l'ajustement des horaires, "du mardi au vendredi, à 19 heures", à faire en vidéo certains des récitals qu'ils avaient prévus, "répéter avec des masques" La mort d'un voyageur de commerce '”, La pièce d'Arthur Miller qu'ils prévoient de faire ses débuts dans la salle Garrett, du Théâtre National D. Maria II, en février 2021.

«Mais c'est bon» le travail, a-t-il souligné, ajoutant que l'entreprise «parvient» à maintenir l'activité, car «la discipline est acceptée naturellement par tout le monde», en plus de la «peur» d'avoir annulé les essais, le vous fait «travailler plus vite».

"Nous sommes heureux. Oui, nous travaillons », a-t-il souligné à Lusa, ajoutant que c'est pour les spectateurs qui travaillent.

Au Teatro da Politécnica, où opère la compagnie, des spectateurs sont apparus, "avec de légères pertes mais beaucoup d'applaudissements, ce qui, que cela vous plaise ou non, est une victoire", a-t-il garanti.

«Des spectateurs et des nôtres: nous sommes vivants et nous voulons être ensemble!», A conclu Silva Melo.

Le Théâtre expérimental de Cascais (TEC), qui présente la pièce de théâtre «Yerma», de García Lorca, créée le 13, maintient les spectacles du week-end annulés. De cette façon, la pièce ne sera présentée que du mercredi au vendredi, à 20h45.

Une situation «effrayante», pour le responsable de cette structure, Carlos Avilez, car «c'est un spectacle coûteux, avec 19 personnes sur scène, devenant ainsi irréalisable d'un point de vue financier».

«Même avec complet jusqu'à la dernière date, il est très difficile de garder ce spectacle debout dans une salle réduite à 50 places», la moitié de la capacité normale, a déclaré le directeur artistique de TEC à Lusa.

«C'est une lutte pour la survie. Un double combat. Pour la survie du théâtre et pour la survie de la pandémie », a-t-il souligné.

Le Teatro Aberto, qui présente la pièce de Caryl Churchill «Seulement je me suis échappé», a choisi d'annuler les émissions du week-end couvertes par les nouvelles mesures, comme ce qui s'est passé les deux derniers week-ends, en que la circulation des personnes était interdite, entre 13h00 et 5h00, dans environ les deux tiers des communes portugaises.

Cette semaine et la suivante, il n'y aura que des récitals du mercredi au vendredi, à 19 heures, de cette pièce du dramaturge britannique, tout comme les week-ends précédant les vacances des 1er et 8 décembre, a déclaré la source du réalisateur à Lusa. du théâtre.

"Nous restons sur les lieux et résistons, en espérant que la volonté de continuer à vivre sera plus forte que la peur qui est visible chez les gens, même dans notre théâtre où nous respectons toutes les règles de sécurité imposées par la direction générale de la santé" , a souligné le directeur de production du Teatro Aberto, basé à Praça de Espanha.

"Il vaut mieux présenter trois spectacles par semaine et en annuler deux le week-end que de devoir tout annuler, comme cela s'est produit en mars, avril et mai", a-t-il souligné, ajoutant toutefois que c'était "un très grand effort de résistance et charge financière pour l'entreprise ».

La capacité de la salle bleue du Teatro Aberto est limitée à 182 spectateurs, ce qui représente une réduction de 210 places, a-t-il déclaré.

La Companhia de Teatro de Almada (CTA) a également dû adapter les horaires de la pièce «Gulliver».

Dirigée vers les enfants, cette mise en scène de Teresa Gafeira s'ouvre samedi dans la salle de répétition du Teatro Municipal Joaquim Benite (TMJB). Avec les mesures imposées par le renouvellement de l'état d'urgence, «Gulliver» sera représenté les samedis, dimanches et jours fériés, à 11h00.

Une source du CTA a également indiqué à l'agence Lusa que la direction du Théâtre se réunira aujourd'hui, pour discuter des mesures, qui entreront en vigueur à 00h00, et établir de nouveaux horaires.

En principe, la pièce «Prélude au roi Lear», qui a été créée le 13 dans la salle principale du TMJB, aura des séances mardi à 21h00. Les trois dimanches suivants (29 novembre, 1er décembre et 6 décembre), la dernière session aura lieu à 11h00.

Dans les deux prochaines semaines, le Teatro da Trindade, à Lisbonne, n'aura des sessions que du mercredi au vendredi, à 20h30, tous deux dans la salle Carmen Dolores, où jeudi, la nouvelle production propre, «Ricardo III », Comme dans la salle du Studio, où« Maria, la mère »est exposée.

Le Théâtre National D. Maria II annoncera, mardi, les nouvelles dates de programmation.

Cet après-midi, la direction artistique de cette salle se réunissait pour décider des mesures à prendre, a déclaré à Lusa une source du bureau de la communication.

Quant aux responsables de S. Luiz Teatro Municipal, ils ont regretté l'inconvénient imposé par l'impossibilité de circulation entre communes à risque très élevé et extrême, de propagation du covid-19, qui cette fois n'inclut pas les spectacles culturels comme exception.

«Étant donné que nous sommes ouverts – et en sécurité – dans les heures prévues par les mesures actuelles définies par le gouvernement face à la pandémie, nous regrettons qu'il ne soit pas possible pour quiconque ayant déjà acheté des billets, résidant dans une autre municipalité, de pouvoir voyager pour regarder des spectacles. », A déclaré à Lusa la directrice artistique du Teatro São Luiz, Aida Tavares.

Le décret original, publié samedi, établit l'interdiction de circuler sur la voie publique les samedis, dimanches et jours fériés, entre 13h et 5h du matin, dans les communes présentant un risque très élevé et extrême de propagation du covid-19.

Cependant, le décret met l'accent sur la possibilité de «se rendre dans les épiceries et supermarchés et autres établissements vendant des produits alimentaires et d'hygiène, pour les personnes et les animaux», et il est maintenant précisé que dans cette séquence, il n'y a pas d'accès aux événements et installations culturels, comme il avait été initialement publié.

La nouveauté en ce qui concerne les spectacles culturels, qui étaient déjà hors de circulation pendant les périodes de couvre-feu, est qu’ils ne peuvent plus servir de justification à la circulation entre les municipalités en période d’interdiction.

Contrairement à ce qui s'est passé le dernier week-end d'octobre et la Toussaint, alors que la circulation entre les municipalités était également interdite, les déplacements pour les événements culturels ne seront pas autorisés.

CP (TDI) // MAG

Le contenu de Covid-19: Les mesures restrictives sont «la fin de la route» pour les théâtres et les entreprises apparaît en premier dans Vision.