Trois entrepreneurs du tourisme associés aux villages historiques de Marialva (Mêda), Linhares da Beira (Celorico da Beira) et Sortelha (Sabugal) ont déclaré à l’agence Lusa que 2020 était «mauvais» pour l’activité et qu’ils déposaient en 2021, malgré le début avec un nouvel enfermement, l’espoir d’un retour à la normalité.

«2020 a été une année très étrange, car c’est une année qui est venue rompre avec tout ce à quoi nous étions habitués et le rythme que nous avions, que ce soit dans la croissance, l’expansion des marchés, ou tout ce qui se passait du point de vue expériences », a déclaré Paulo Romão, propriétaire de l’entreprise de tourisme Casas do Côro, dans le village historique de Marialva, à Lusa, qui compte 31 chambres.

Selon l’homme d’affaires, l’unité d’hébergement a été fermée pendant environ trois mois, dans la transition du premier au deuxième trimestre, mais, l’été, elle a fini par «équilibrer un peu» l’année.

«Nous avons fini par passer un bel été, mais il a vendu fin septembre», car le projet a un niveau d’internationalisation «très élevé» et n’avait pas de clients étrangers.

Paulo Romão dit que le moment est d’attendre que la pandémie soit vaincue par la vaccination pour tenter de rééquilibrer «un peu ce qui a été perdu en 2020».

«Nous sommes de nature majoritairement optimiste, nous ne nous attendions pas à ce que le début d’année nous apporte ce nouveau ‘brouillard’, mais nous restons optimistes que, à la fin du printemps, nous pourrons reprendre un peu ce qui est une idée de pouvoir penser que c’est déjà passer ».

Près du village historique de Linhares da Beira (Celorico da Beira), dans la ville de Mogadouro, l’homme d’affaires João Paulo Patrício accueille les touristes à la Casa do Mogadouro, un projet né en 1998 et pouvant accueillir 20 personnes.

L’homme d’affaires reconnaît que 2020 «a été une année atypique» pour le secteur, même si l’été il a «bien travaillé», car la maison «permet la distance sociale» et a été louée à des familles et groupes d’amis, du pays et de l’étranger.

João Paulo Patrício a déjà «quelques réserves pour l’été» et estime qu’elles pourraient augmenter, mais prédit que la situation est «compliquée» pour le Carnaval et inconnue pour Pâques.

Casa do Mogadouro promeut l’écotourisme et le tourisme durable et se connecte avec le village historique de Linhares da Beira, avec les villages de montagne de Rapa, Salgueirais et Prados, et les fromagers traditionnels dans les municipalités de Celorico da Beira et Fornos de Algodres.

Dans le village historique de Sortelha, sur la commune de Sabugal, la société d’animation touristique JMAL – Activités Tourisme, créée en 2016, met à disposition 13 ânes pour des visites et excursions dans la région et participe également à des récréations historiques et des foires médiévales.

Le propriétaire, Jorge Miguel, a déclaré que 2020 est à oublier, car « c’était très mauvais, pour ne pas dire terrible ».

L’homme d’affaires estime une baisse d’activité de 90% et souhaite que la pandémie – qui est associée à la naissance de deux animaux auxquels il a nommé Covid et Zaragatoa – « passe le plus vite possible », pour reprendre la normalité.

Le président de l’Association des villages historiques du Portugal et de la municipalité de Sabugal, António Robalo, a également déclaré à Lusa que l’année 2020 « était extrêmement compliquée » pour tout le pays et qu’en été il y avait « une ouverture » pour le tourisme.

«La vérité est que ce petit souffle d’août n’a pas résolu le problème fondamental en termes d’activité touristique dans la région, sur le réseau [das Aldeias Históricas] et dans le pays lui-même. Ce fut une année de nombreuses difficultés, au cours de laquelle les agents avaient besoin et continueront d’avoir besoin, d’ici le début de l’année 2021, d’un soutien de l’État, de l’activité, du maintien des emplois et, au fond, [para] pour un avenir meilleur », a-t-il déclaré.

Pour 2021, il y avait des perspectives de préparation pour Pâques dans la région, «mais ces attentes échoueront bientôt», prédit.

« C’est un drame pour le pays, c’est un drame économique, c’est un drame pour le tourisme » et il faut que le soutien annoncé par l’Etat puisse contribuer à « minimiser l’impact négatif de la pandémie », a-t-il conclu.

ASR // SSS