Sept entreprises en incubation physique ou virtuelle à l’Institut Pedro Nunes, à Coimbra, ont décidé de s’adapter au contexte pandémique et de créer des solutions pouvant contribuer à la lutte contre le covid-19.

L’un d’entre eux est LaserLeap, qui travaille sur des technologies d’administration de médicaments à travers la peau, et qui mène un projet, en partenariat avec plusieurs institutions, à travers lequel il cherche à développer une thérapie photodynamique pour «  attaquer  » le nouveau coronavirus à un stade précoce de contagion. .

La thérapie, normalement utilisée pour combattre les bactéries ou les cellules cancéreuses, consiste à joindre la lumière, les médicaments et l’oxygène, en utilisant cette technique pour combattre le virus là où il est normalement en grande quantité à un stade précoce de la contagion – dans le nez.

«Cette méthodologie peut être utilisée dans différentes situations. La situation la plus intéressante est en conjonction avec un test rapide, qui est effectué sur quelqu’un qui est dépisté et dont le test est positif à un stade très précoce de la contagion », a déclaré l’administrateur de LaserLeap, Carlos Serpa à Lusa.

Une autre situation dans laquelle la méthodologie pourrait être appliquée est «dans un hôpital, avec une petite dose pour les personnes à haut risque, ou, par exemple, à domicile», a-t-il souligné.

La technologie n’est pas invasive et pourrait permettre «d’abaisser beaucoup la charge virale ou même de ne pas laisser la contagion progresser», a-t-il souligné.

Les résultats des tests effectués dans les laboratoires du Centre de neurosciences et de biologie cellulaire et à la Faculté de médecine « ont été positifs ». Il y a déjà des conditions pour procéder aux essais cliniques, mais il n’y a pas de financement pour démarrer cette phase, a déclaré Carlos Serpa.

EcoX, société fondée en 2016 et travaillant sur la transformation des huiles de cuisson usagées en produits de nettoyage, a décidé d’orienter ses connaissances vers la création de désinfectant, dès l’arrivée de la pandémie.

«Nous avions déjà le« savoir-faire »dans la transformation et la valorisation des huiles usées pour les produits de nettoyage. Pourquoi ne pas utiliser ce «savoir-faire» pour l’étendre également aux produits désinfectants? C’est ce que nous avons fait. Nous avons pris l’huile et un procédé de biotransformation et avons réussi à valoriser l’huile avec des agents bioactifs capables d’inactiver le virus, mais aussi d’autres micro-organismes tels que des bactéries et des champignons », a déclaré l’un des partenaires fondateurs de la société, César Henriques.

L’entreprise a déjà créé un gel désinfectant et alcoolisé multi-surfaces et termine ses tests de bioactivité, dans l’espoir d’arriver sur le marché d’ici la fin de l’année.

A Figueira da Foz, Streak, spécialisée dans les solutions d’automatisation et de contrôle industrielles, développait déjà en 2019, avant la pandémie, un équipement utilisant les ultraviolets pour stériliser l’air et les surfaces, réfléchissant à l’époque aux problèmes liés aux bactéries multi-résistantes dans un hôpital. le contexte.

Le produit, appelé Purehybrid, se distingue par le fait qu’il s’agit d’un appareil unique qui vous permet de stériliser l’air et les surfaces en même temps, a déclaré Peter Santos, responsable du projet Streak, à Lusa, soulignant qu’en mode stérilisation, seul l’air est utilisé. La présence humaine les êtres dans la salle sont autorisés.

« On peut avoir la possibilité de stériliser uniquement l’air, ou l’air et la surface », avec une dose produite par l’équipement 15 fois supérieure à celle nécessaire pour éliminer le nouveau coronavirus, a-t-il précisé.

Streak s’attend à pouvoir commercialiser l’équipement à la fin du mois de mars.

L’entreprise développe également des produits plus petits et moins chers, utilisables dans les restaurants ou les hôtels, afin de « minimiser les risques de transmission du virus », a-t-il souligné.

D’un assouplissant de tissu pour donner des propriétés antivirales aux vêtements, à un produit pour traiter les patients gravement malades avec covid-19, plusieurs entreprises incubées à l’IPN développent des solutions pour aider à lutter contre la pandémie.

JGA // SSS