Le groupe Almedina et Gradiva sont les éditeurs qui conservent leur travail dans le domaine de l’édition inchangé.

Ainsi, Almedina s’apprête à lancer, le 28, le troisième volume de «Le Troisième Reich en guerre», de Richard J. Evans, et «Os Meninos do Ferro», d’E. Nesbit, tandis que Gradiva continue de lancer, le 26 janvier, «Black Star to Hover. Occultisme et pouvoir à l’ère Trump », par Gary Lachman.

Bertrand a déclaré que, «en réponse aux mesures imposées par le nouveau confinement», il a décidé «de reporter la publication des nouveaux livres prévue pour le 21 janvier, avec reprise des lancements en fonction de la fin de cette période de collecte».

«Au vu des mesures prises par le gouvernement, qui incluent, entre autres, la fermeture de librairies, Bertrand Editora a décidé de suspendre le lancement de l’actualité prévu pour les quatre prochaines semaines», explique le directeur exécutif de Bertrand Editora, Paulo Oliveira.

Malgré cette suspension, « l’activité reste la plus normale possible, soutenue par une forte composante de travail à distance, pour faire en sorte que le plan éditorial soit repris le plus rapidement et efficacement possible une fois l’emprisonnement terminé », a-t-il ajouté.

Parmi les nouveautés prévues ce mois-ci qui ont été reportées, on peut citer « The Labyrinth of Bones » de James Rollins et « Underground » de Jeffrey Archer, « The Game of Power » de Danielle Steel, «Civilisations», de Laurent Binet, «Vivre dans un monde imprévisible», de Frédéric Lenoir, «Os Altruístas», d’Andrew Ridker, «Adeus, Futuro», de Maria do Rosário Pedreira, ainsi que les rééditions de «Esteiros», par Soeiro Pereira Gomes et «O Aleph», de Jorge Luis Borges.

Le groupe éditorial LeYa a également décidé de suspendre la publication de son actualité, justifiant la décision «au vu des restrictions annoncées à l’activité commerciale, dans le cadre du nouveau confinement».

Parmi les nouvelles éditoriales de LeYa pour ce mois, il y avait «Da Meia-Noite às Seis», de Patrícia Reis, «Rio Profundo», de Shusako Endo, «1984», de George Orwell, «Le triomphe des cochons», par George Orwell, tous édités par Don Quichotte.

Porto Editora a également modifié son alignement éditorial prévu pour les premiers mois et a décidé d’investir dans «des titres forts dans le domaine non fictionnel», jusqu’en mars.

Anticipant l’annonce d’une nouvelle période d’enfermement, Porto Editora n’a même pas présenté son plan éditorial pour le premier semestre, annonçant le 12 janvier qu’il annulait l’événement prévu pour présenter l’actualité littéraire.

Ainsi, Porto Editora a adapté «le plan éditorial aux mesures de lutte contre la pandémie» et a annoncé que d’ici mars il parierait sur «des titres forts dans le domaine de la non-fiction», comme c’est le cas de «Comment éviter une catastrophe climatique», de Bill Gates, avec un lancement mondial prévu le 16 février, « Burnout », d’Emily et Amelia Nagosky, et « Le dernier des colons – Jusqu’à la chute de la feuille », le deuxième volume des mémoires de João Afonso dos Santos.

«Dès que la normalité possible sera rétablie, nous reporterons l’événement de présentation de notre plan éditorial pour les mois suivants», souligne la rédaction.

Relógio d’Água était un autre éditeur révisant sa planification éditoriale, ayant publié, au début du mois, «Mille neuf cent quatre-vingt-quatre», de George Orwell, avec une préface de Gonçalo M. Tavares, et préparez-vous à lancer encore le roman graphique «A Quinta dos Animais», également de George Orwell, adapté et illustré par Odyr.

«Nous reporterons la sortie de livres comme« Jack », de Marilynne Robinson,« Le problème des trois corps », de Liu Cixin,« Le prince », de Nicolau Machiavelli,« La guerre du monde », de Niall Ferguson et« The Memory Police ‘, par Yoko Ogawa », a déclaré à Lusa le rédacteur en chef Francisco Vale, ajoutant:« Ils seront publiés dès la réouverture des librairies. Espérons en février ».

Le groupe Penguin Random House a reporté les nouvelles prévues pour la fin janvier et début février, notamment les livres de José Gardeazabal, Constança Cordeiro Ferreira, Dale Carnegie et Eddie Jaku.

Plus précisément, les sorties de «The Art of Communicating Successfully», de Dale Carnegie, «Life Instagrammable», de Paula Cordeiro, «The Art of War by Sun Tzu for Women», de Catherine Huang et AD Rosenberg , «Des jours heureux, des nuits paisibles», de Constança Pereira da Silva, et «L’homme le plus heureux du monde», d’Eddie Jacu.

Pour début mars, « L’incroyable histoire d’António Salazar », de Marco Ferrari, et « Quarentena – Une histoire d’amour », de José Gardeazabal, ajoute l’éditeur, précisant que si l’enfermement reste dans les conditions actuelles, les dates sera réévaluée.

Le groupe 2020 a également été contraint de reporter les sorties prévues les 25 janvier et 8 mars: «Au total, il y a plus de 50 livres qu’il va falloir diviser par sorties tout au long de l’année ou, à terme, reporter certains pour 2022 ».

Pour l’instant, les publications de «L’éveil des lions», d’Ayelet Gundar-Goshen, «Suspense ou l’art de la fiction», de Patricia Highsmith, «Les défunts: le couple aimant qui La résistance allemande contre les nazis « de Norman Ohler, » Underworld: A Journey Through the Depths of Time « de Robert Macfarlane, » The Rebellion « de Joseph Roth et » Stephen Hawking: Memories of Friendship and Physics « de Leonard Mlodinow.

Guerra e Paz a également repensé son plan éditorial pour janvier et a décidé de reporter à février la publication de Titania MCGrath, «Woke, Guide to Social Justice» et «Where the river flow», de Sílvio A. Abrantes.

«Si le devoir civique de la garde prophylactique est renouvelé en février, le plan sera à nouveau révisé. Nous vivons une période d’incertitude, dans laquelle la planification doit être refaite, pratiquement, semaine après semaine », a déclaré l’éditeur.

AL // TDI