C'est à un rythme effréné que plusieurs employés du bar de plage Fizz, situé sur la plage de Carcavelos, dans la municipalité de Cascais, se déplacent dans l'espace pour effectuer diverses tâches de nettoyage et de peinture.

Quelques mètres plus loin, une pelle rétrocaveuse perce le sable, où des pieux sont placés pour construire des couloirs de circulation, l'une des solutions trouvées pour permettre la distance physique entre les baigneurs.

Gardant un œil vigilant sur ce qui se passe, Vasco David, directeur du bar «Fizz» et également du restaurant Pastorinha, rapporte à l'agence de Lusa les procédures adoptées pour se conformer aux exigences déterminées par la direction générale de la santé (DGS).

«Ici sur la plage, nous avons les chaumes avec les distances réglementaires de trois mètres de volet à volet. Nous avons déjà notre espace entouré et toute la signalisation qui est demandée », dit-il, soulignant que l'espace intérieur a également subi plusieurs changements dans son fonctionnement.

Malgré une saison de baignade «très atypique», en raison de la pandémie de Covid-19, Vasco David est optimiste pour l'entreprise.

«Nos attentes ne sont pas mauvaises. En d'autres termes, nous nous attendons à des difficultés, car c'est nouveau pour tout le monde. Cependant, les attentes sont bonnes car les gens ont déjà besoin d'air, de soleil et la plage a toujours été un endroit idéal pour cela », souligne-t-il.

Environ un kilomètre plus loin, à côté du restaurant Casa da Praia, toujours sur la plage de Carcavelos, les derniers préparatifs pour la réouverture de la saison balnéaire sont également notoires.

Alexandre Martinez Marques, responsable de ce concessionnaire, a déclaré à Lusa qu'ils faisaient «tout leur possible» pour terminer les travaux vendredi.

«Nous espérons que notre concession sera prête pour samedi. Voyons voir si nous pouvons le faire. Nous aurons environ la moitié des chapeaux et des chaises longues que nous avons habituellement », dit-il en pointant le sable.

Comme d'autres revendeurs, le responsable de la «Casa da Praia» veut également croire que la saison balnéaire sera positive.

«Cette année, tout est différent et nous en sommes conscients. Mais nous sommes optimistes parce que la partie difficile a été interrompue pendant deux mois. C'était extrêmement pénalisant. Mais maintenant, nous sommes ouverts et pleins de désir de travailler », tire-t-il.

Cependant, tout le monde ne peut cacher sa tristesse face à la situation qui va se vivre cette année, comme c'est le cas de Jean Paul, un Français qui gère le restaurant «La Plage» depuis cinq ans.

«C'est très compliqué pour nous. Je suis ici depuis cinq ans et je n'ai jamais rien vu de tel. La plage est tellement vide », se lamente-t-il, en portugais mêlé de français.

Les réajustements des mesures imposées par la DGS sur les plages de la commune de Carcavelos ont été suivis de près par la représentante des concessionnaires de la commune, Paula Vilafanha, qui profite de donner des conseils et des explications à ses collaborateurs.

«Tous les concessionnaires ont fait un énorme effort pour pouvoir se conformer aux indications DGS. La plupart des concessionnaires sont des petites et moyennes entreprises et nous réalisons tous que nous vivons un an du point de vue commercial, où la priorité sera de survivre et de maintenir les affaires ouvertes », dit-il.

Malgré les difficultés, le gestionnaire fait une évaluation positive des travaux en cours de développement par les concessionnaires.

«Il existe un grand esprit de collaboration pour surmonter le défi que cette pandémie nous a présenté à tous. C'est un scénario totalement nouveau et il n'y a pas de manuel de normes », dit-il.

Sur la plage voisine de Torre, déjà dans la municipalité d'Oeiras, la scène est également remplie d'excitation par les concessionnaires, bien que la saison balnéaire commence quelques jours plus tard, le 10 juin.

«Il y a une série de procédures que nous devons prévoir, les entrées, les sorties, la circulation et la désinfection des tiges. Ensuite, nous avons des horaires qui ne peuvent pas être pour toute la journée, mais en deux équipes. C'est une course contre la montre pour que rien n'échoue », souligne la directrice commerciale du Beach Oeiras Club, Mafalda Pedretti.

Toujours à la plage de Carcavelos, deux sauveteurs parcourent la longue plage de sable fin à moto 4, tout en surveillant attentivement les baigneurs qui risquent de nager.

João Pinheiro, l'un des sauveteurs, souligne à Lusa que, en plus des sauvetages sur la plage ou en mer, ces professionnels auront un rôle important à jouer dans la sensibilisation au respect des mesures de sécurité.

«En règle générale, je pense qu'ils ont respecté et gardé leurs distances. Nous essayons de parler aux gens autant que possible pour sensibiliser, mais nous ne sommes pas une autorité. Cet été sera différent de tout le monde, mais j'espère que ce sera aussi normal que possible », a-t-il déclaré.

Selon les recommandations du gouvernement, pendant la saison de baignade, les utilisateurs de la plage doivent garantir une distance physique de 1,5 mètre entre les différents groupes et une distance de trois mètres entre les parasols, les auvents ou les tiges.

Les restaurants, bars ou terrasses, en revanche, doivent régulièrement nettoyer les espaces (avec un minimum de quatre nettoyages quotidiens), limiter la capacité à 50% et réorganiser les terrasses pour assurer une distance de sécurité.

Les auvents et chapeaux en charge des revendeurs, ne peuvent être loués par chaque personne ou groupe que le matin (jusqu'à 13h30) ou l'après-midi (après 14h00) et tous les équipements tels que pédalos, douches, transats ou cendriers " ils doivent être nettoyés quotidiennement ou chaque fois que l'utilisateur change ».

À l'échelle mondiale, selon un rapport de l'agence de presse AFP, la pandémie de Covid-19 a déjà fait plus de 385 000 morts et infecté plus de 6,5 millions de personnes dans 196 pays et territoires.

Plus de 2,8 millions de patients ont été considérés comme guéris.

Au Portugal, 1 455 personnes sur 33 592 ont confirmé la mort, et 20 323 cas ont été récupérés, selon la direction générale de la santé.

FAC // MCL