Toujours avec peu de clients, c'est dans cet espace que les commerçants se réjouissent du remplacement des heures d'ouverture des magasins pratiquées avant la pandémie, et peuvent désormais fermer à 22h00.

S'adressant à l'agence Lusa, Mafalda Ramos, employée d'un magasin de chaussures, déclare que la mesure de la mairie de Lisbonne est nécessaire, car le secteur doit "avancer".

«Nous sommes tous conscients de la pandémie que nous traversons, nous avons les mesures de sécurité nécessaires pour recevoir les clients et je reconnais que les heures d'ouverture ont été prolongées», souligne-t-il.

Revenant lentement à la normale, le commerçant reconnaît qu'il y a encore des clients qui ignorent les nouvelles horaires et se souvient que le mois d'août est plus arrêté, car il y a beaucoup de gens en vacances.

Plus loin, dans un magasin appartenant à une multinationale de joaillerie espagnole, se trouve Rita Paredes, qui explique que, bien qu'il n'y ait toujours pas autant de clients qu'avant, elle a remarqué «une grande différence» avec le remplacement de l'horaire.

«[…] Nous n'avons ouvert que récemment jusqu'à 22 heures, mais des gens se sont joints et sont venus», a-t-il observé, ajoutant que les gens «n'étaient pas habitués» à voir un centre commercial ouvert jusqu'à plus tard, cessant d'être en vigueur l'obligation d'ouvrir à 10h00 et de fermer à 20h00.

Selon le commerçant, les nouvelles heures de travail «portent leurs fruits» car les clients achètent de plus en plus.

Parmi certains magasins de vêtements, dans une cafétéria, Ana de Jesus considère qu'il n'y a pas eu un afflux important de public, puisque plusieurs services ne fonctionnent toujours pas dans leur intégralité.

«Nous pensons que la prolongation du délai aurait dû, ou devrait être, lorsque tout le monde a repris son activité, ce qui ne se produit pas. Les personnes dans les bureaux ne sont pas là et ce sont surtout les personnes qui font fonctionner notre entreprise », explique l'employé d'une franchise de services de café et de pâtisserie.

Pour le vendeur, les gens doivent retourner sur le lieu de travail, car c'est avec le retour des autres activités que les centres commerciaux gagnent en mouvement.

A trois kilomètres de l'Atrium Saldanha se trouve l'Avenida da Igreja, à Alvalade, où les commerçants ont ressenti peu de différence par rapport à la réouverture des horaires.

Plusieurs personnes marchent sur les trottoirs de haut en bas, mais n'entrent pas dans les magasins.

«Avant la pandémie, il y avait plus de mouvement. Il y avait plus de mouvement des ventes ainsi que plus de mouvement dans les magasins. De nos jours, la plupart des gens qui entrent ont plus pour objectif de faire du shopping, il n'y a personne qui passe à côté », explique Pedro Fonte, propriétaire d'un magasin de chaussures.

Soulignant les craintes de certaines personnes, le commerçant affirme que la prolongation des heures de travail «ne fait aucune différence», car elle se termine toujours avant 20 heures.

Aussi pour Alcídio Gomes, responsable d'un magasin de vin, il n'y a pas de changement.

«Dans mon cas, cela ne fait aucune différence, car c'était déjà le temps que j'avais, jusqu'à huit heures du soir. Cela ne m'a donc pratiquement pas touché du tout », dit-il, ajoutant qu'il a vu« une augmentation des ventes »car« les gens sont plus à l'aise pour pouvoir circuler davantage dans la rue ».

À côté, Maria Rodrigues apparaît portant un bébé jouet. C'est dans un magasin de vêtements pour bébés que la commerçante explique qu'à partir de septembre, elle reviendra au planning pratiqué avant la pandémie.

«A 18h30 ce n'est pas très bon pour nous non plus, car il y a toujours des gens qui reviennent du travail et qui aiment toujours rentrer et qui veulent acheter et puis l'employé, s'il doit partir à 18h30, n'est pas là avant 19 heures: 00 », dit-il.

Selon l'employée, ces derniers mois, parfois, elle voulait fermer les portes et ne pouvait pas parce que les clients n'arrêtaient pas d'arriver, notant que «dans une demi-heure, les gens se présentent encore» et qu'il est possible de gagner un peu plus d'argent.

À son tour, Jorge Petri, propriétaire d'un barbecue, explique qu'il a deux heures d'ouverture et que, la nuit, il a dû la réduire de deux heures, en raison de la diminution du mouvement.

«La plus grande crise a été liée à la salle, que nous avons réduit les heures d'ouverture. Aujourd'hui, nous ouvrons de midi à 15h00 et le soir nous ouvrons de 19h00 à 21h00. C'est le plus grand moment que nous pouvons faire », souligne-t-il.

Avec une moyenne de 100 clients par jour, l'entrepreneur reconnaît que la circulation des personnes est faible dans son restaurant car il n'y a pas de service de terrasse.

«Comme nous n'avons pas de terrasse dans cette rue, les gens, à cause de l'été, ont tendance à préférer les endroits avec terrasse, donc nous ressentons aussi un réflexe en ce sens», conclut-il.

JML // MCL