Sur la Rua Pedro Nolasco da Silva, à quelques mètres du consulat général du Portugal à Macao et Hong Kong et du siège de la Casa de Portugal à Macao, M. Lam, qui possède un magasin pour les fameux thés à bulles, a son établissement pratiquement sans clients et ne présage pas de grands changements.

«À mon avis, la valeur commerciale n'augmentera pas rapidement car les visas sont réservés à la province du Guangdong et la plupart des touristes viennent à Macao uniquement pour jouer», a-t-il déclaré à Lusa.

La délivrance de visas avait déjà commencé dans la ville voisine de Zhuhai, mais maintenant elle s'est étendue à l'ensemble de la province du Guangdong, et ainsi, plus de 100 millions de personnes sont pratiquement exemptées d'une quarantaine obligatoire de 14 jours après leur entrée. Macao.

"L'ouverture des visas est une bonne nouvelle, mais je ne sais pas à quel point il est facile d'obtenir une approbation", a-t-il déclaré.

À ce stade, admet-il, ses revenus ne servent qu'à payer le loyer du petit espace, le salaire des employés, l'électricité et l'eau.

Macao a été l'un des premiers territoires à être touché par la pandémie et, bien qu'elle n'ait identifié que 46 cas et n'ait enregistré aucune transmission communautaire, l'économie est pratiquement paralysée depuis plus de six mois, en raison des restrictions à l'entrée sur le territoire.

Ni le fait qu'il s'agissait d'une période de vacances, ni les cartes de consommation que le gouvernement de Macao a donné aux résidents depuis août (d'une valeur d'environ 530 euros) à dépenser pour le commerce local, n'ont aidé: «Je pensais que cette entreprise était le mois allait aller mieux, mais … », dit-elle, sans terminer sa phrase.

Lam sait que si la situation reste stable en termes de contagions, la Chine prévoit d'autoriser la délivrance de visas touristiques pour Macao à travers le pays à partir du 23 septembre et cela le laisse modérément confiant: «Si la situation de la pandémie s'améliore à l'avenir, il y aura plus de visas ouverts à plus de provinces, mais malgré cela, les affaires n'augmenteront pas dans les deux ou trois prochains mois ».

L'accent mis dans le discours des différents commerçants entendus par Lusa était pratiquement toujours le même: attendant, avec peu d'espoir, demandant plus de soutien du gouvernement et souhaitant que le 23 septembre apporte le feu vert pour la délivrance de visas dans toute la Chine.

Un peu plus loin, déjà au cœur du centre historique, la Rua de São Paulo, qui abrite les célèbres ruines d'une ancienne église construite par les Portugais, est pratiquement vide, il n'y a que quelques habitants en vacances ou profitant de la fin de l'heure. le déjeuner.

Dans cette zone, probablement la plus fréquentée du territoire et qui a accueilli en 2019 près de 40 millions de visiteurs, un employé du magasin Feng Cheng Recordação Macau affirme que jusqu'à présent il n'en a vendu que 10% par rapport à l'année précédente.

Le nombre avancé par ce responsable est conforme aux derniers chiffres avancés par le gouvernement: le nombre de visiteurs à Macao a baissé de plus de 90% en juin et de 83,9% au premier semestre, au cours des sept premiers mois de l'année les pertes de casinos en par rapport à l'année précédente, ils étaient de 79,8% et la baisse du produit intérieur brut (PIB) au premier semestre était de 58,2%.

"La valeur maintenant peut augmenter un peu maintenant avec les visas, mais je pense qu'il est impossible de revenir au niveau de la même période l'an dernier", parie-t-il.

D'autant plus que, explique-t-il, même avec la délivrance de visas, "il existe un certain nombre de limitations au franchissement de la frontière, comme l'obligation de faire le test d'acide nucléique et de porter un masque".

Devant cette boutique de souvenirs, la boutique Kin Seng Mobílias est également sans clients et vit la même incertitude.

«À cause de l'épidémie, il n'y a presque pas de travail», témoigne la propriétaire, Mme Sio, en tirant tout de suite: «J'espère que la situation va s'améliorer et que plus de provinces auront des visas ici».

La pandémie de covid-19 a déjà fait au moins 813 000 morts et infecté plus de 23,6 millions de personnes dans 196 pays et territoires, selon un rapport de l'agence de presse France-Presse (AFP).

La maladie est transmise par un nouveau coronavirus détecté fin décembre à Wuhan, une ville du centre de la Chine.

Après que l'Europe ait succédé à la Chine comme centre de la pandémie en février, le continent américain est désormais celui qui compte le plus de cas confirmés et le plus de décès.

MOI // JMC