Selon une étude d'opinion de Marktest Angola, 72% de la population de la capitale angolaise estime que l'état d'urgence devrait être prolongé «car la pandémie pourrait s'aggraver et elle est grave car les cas augmentent».

Plus d'un tiers de la population, dit l'étude, dit qu'avec la promulgation de l'état d'urgence "la maladie est mieux évitée".

L'étude a été appuyée par 324 entretiens menés entre le 19 et le 21 mai 2020.

Pour contenir la propagation de la covid-19 dans le pays, le président angolais, João Lourenço, a décrété l'état d'urgence qui a duré entre le 27 mars et le 25 mai.

L'Angola, qui est dans un état de calamité publique depuis le 26 mai, compte 396 cas positifs de covid-19, dont 257 sont actifs, 117 ont été récupérés et 22 sont morts.

Plus de 100 cas positifs en Angola, notamment à Luanda, ont un «lien épidémiologique à identifier».

Luanda, le foyer de la pandémie, et la municipalité de Cazengo, province de Cuanza Norte, sont les seuls endroits angolais à avoir des cas positifs de covid-19.

Selon l'étude Marktest Angola, 28% des personnes interrogées déclarent que l'état d'urgence ne devrait pas être décrété car il rend la vie difficile aux étudiants et à ceux qui travaillent (48%), les problèmes financiers (38%) et les pénuries alimentaires dans le commerce (27%).

Concernant le travail du gouvernement, du ministère de la santé et des forces de défense et de sécurité face à la pandémie provoquée par le nouveau coronavirus, les Luandans, selon l'analyse, disent qu '"il est tout à fait positif pour chacun d'entre eux".

Une grande partie de la population de Luanda (environ 83%) applaudit les actions du ministère de la Santé pour avoir "bien et très bien", une note similaire attribuée au gouvernement par 79% de la population et aux forces de défense et de sécurité par 66% de la population.

Les habitudes d'hygiène, telles que se laver les mains, nettoyer davantage la maison et enlever les chaussures avant d'entrer dans la maison, ont progressivement augmenté à 89% entre mai et avril, note l'étude.

L'utilisation des informations à la télévision et à la radio a également augmenté au cours de cette période.

L'enquête souligne que la peur d'être contaminé par Covid-19 (47%) et le manque de nourriture (17%) "restent les deux situations qui reflètent le mieux la peur" des citoyens de Luanda.

Dans la capitale angolaise, les citoyens craignent également que le système national de santé ne soit pas en mesure de répondre à la pandémie.

L'étude de Marktest Angola, une entreprise spécialisée dans les études de marché et les sondages d'opinion, a été présentée aujourd'hui, à Luanda, par la plateforme de zoom.

La pandémie de Covid-19 a déjà fait plus de 549 000 morts et infecté plus de 12 millions de personnes dans 196 pays et territoires, selon un rapport de l'agence française AFP.

DYAS // VM

Le contenu de Covid-19: les citoyens de Luanda veulent retourner à l'état d'urgence en raison de l'augmentation du nombre de cas – une étude apparaît d'abord à Visão.