BAD – L’Association portugaise des bibliothécaires, archivistes, professionnels de l’information et de la documentation a publié aujourd’hui une lettre ouverte, adressée à plusieurs membres du gouvernement, afin que le fonctionnement des bibliothèques publiques soit sauvegardé compte tenu de la nouvelle décision de confinement, en raison de la covid-19 .

Soulignant que les bibliothèques publiques respectent les normes d’hygiène et qu ‘«elles n’ont jamais constitué une source d’infection», l’association rappelle que ces équipements fournissent un service gratuit aux Portugais pour l’accès à l’information, la lecture et Internet sans fil.

«À l’heure où les dommages collatéraux de cette pandémie sur la santé mentale des Portugais ont déjà commencé à être analysés et semblent prendre des formes inquiétantes, nous pensons que les bibliothèques, le libre accès à l’information et la disponibilité de livres et de lectures peuvent contribuer à atténuer les effets néfastes. d’isolement », lit-on dans la lettre.

L’association rappelle qu’il est possible de maintenir les bibliothèques en activité avec un roulement de personnel, des horaires réduits et des points de livraison et une collecte de livres.

Concernant le premier confinement, en 2020, la BAD rappelle également que «plusieurs bibliothèques ont réagi à la pression de leurs utilisateurs et créé des services de prêt immobilier innovants».

«Nous savons que les bibliothèques publiques municipales dépendent des autorités locales et qu’il leur appartient de décider de fermer ou de maintenir les services en fonctionnement», mais une décision du gouvernement «peut contribuer positivement à influencer la décision de l’administration locale», a souligné l’association.

La lettre ouverte est adressée à la ministre de la Culture, Graça Fonseca, à la ministre de la cohésion territoriale, Ana Abrunhosa, et au secrétaire d’État adjoint et au développement régional, Carlos Miguel.

Cette semaine, la direction générale du livre, des archives et des bibliothèques (DGLAB) a révélé que la situation pandémique actuelle démontrait la nécessité d’investir davantage dans les services en ligne des bibliothèques publiques, dans le renforcement des ressources humaines et technologiques et le renforcement des compétences numériques. .

Les conclusions découlent de deux enquêtes que la DGLAB a menées en 2020 sur les bibliothèques publiques du réseau national et la situation pandémique.

Les principales faiblesses étaient déjà identifiées, mais la pandémie les a mises en évidence: les faibles niveaux de services en ligne et la nécessité de renforcer les compétences numériques des ressources humaines.

Pour cette raison, la «nécessité d’investir dans des technologies et des ressources humaines qualifiées» est défendue.

Le document souligne également que la fermeture, ou la limitation ou la suspension, de ces services «empêche l’accomplissement de l’une des principales missions des bibliothèques publiques, en particulier dans des moments comme celui-ci lorsque la communauté est la plus vulnérable et a le plus besoin d’institutions de proximité capables assurer et faciliter l’accès à l’information et aux connaissances pour tous ».

Au Portugal, 8 080 personnes sont décédées des 496 552 cas d’infection confirmés, selon le dernier bulletin de la direction générale de la santé.

L’état d’urgence décrété le 9 novembre pour lutter contre la pandémie a été reconduit avec effet à minuit le 8 janvier jusqu’au 15.

La maladie est transmise par un nouveau coronavirus détecté fin décembre 2019 à Wuhan, une ville du centre de la Chine.

SS / (AL) // MAG

Le contenu de Covid-19: les bibliothécaires et les archivistes font appel au gouvernement apparaît en premier dans Vision.