"Nous voudrions exprimer notre satisfaction de l'extension du" licenciement ", une mesure vraiment importante, qui permet le salut de plusieurs entreprises, le maintien des emplois et, par conséquent, le revenu des familles", a déclaré le président Lusa. de l'Association des agences de voyage et de tourisme du Cap-Vert (AAVTCV), Mário Sanches.

L'annonce de la prolongation de la mise à pied simplifiée dans le secteur du tourisme au Cap-Vert jusqu'en septembre a été faite mercredi au parlement par le Premier ministre, Ulisses Correia e Silva.

«Ce régime sera prolongé jusqu'en septembre pour l'hébergement, la restauration, les agences de voyage, les loisirs touristiques et les transports. Les secteurs les plus touchés par la pandémie », a annoncé le chef du gouvernement capverdien.

Le modèle simplifié actuel de suspension des contrats de travail au Cap-Vert est entré en vigueur le 1er avril, pour une période de trois mois (jusqu'à fin juin), couvrant les entreprises qui se disent affectées par la crise provoquée par la pandémie, selon le gouvernement. .

Grâce à cette mesure gouvernementale, les travailleurs reçoivent 70% de leur salaire brut, qui sera payé à parts égales par l'employeur et l'État, par le biais de l'Institut national de la sécurité sociale (INPS).

Mário Sanches a rappelé que l'association avait déjà demandé cette prolongation, demande désormais acceptée par le gouvernement, qu'il considérait comme «très bonne» et «importante» à l'époque.

En revanche, il a compris que la mesure devait être accompagnée par d'autres pour encourager les entreprises du secteur, comme le «règlement urgent» des dettes de l'Etat envers les agences de voyages, concernant les billets d'avion et les redevances de sécurité aéroportuaire .

Afin que les agences puissent rouvrir, le président de l'association a également évoqué d'autres mesures incitatives, "quoique de manière échelonnée", comme l'adoption d'une nouvelle grille tarifaire, qui comprend le tarif de l'opérateur.

Et pour le développement du tourisme intérieur, Mário Sanches a suggéré la subvention du billet de passager par le gouvernement.

«C'était une mesure importante à ce stade. Celui qui parle de tourisme intérieur doit généralement parler de transport et quand je parle de transport, la question de la fréquence et du coût élevé du tarif se pose », a déclaré le porte-parole des agences de voyage capverdiennes.

En ce qui concerne le coût élevé du billet, le président de l'AAVTCV propose au gouvernement de subventionner les passagers, à l'instar d'autres arrêts, comme aux Açores et aux Canaries.

Mário Sanches a déclaré qu'une étude est nécessaire pour pouvoir avancer avec un certain pourcentage de subvention pour les billets d'avion, mais en ce qui concerne le passage maritime, elle indique 10% comme "l'idéal".

Le président a rappelé que ce pourcentage était déjà de 7% et est tombé à 4% avec le démarrage des opérations de Cabo Verde Interilhas, concessionnaire du transport maritime de fret et de passagers.

Sans ces mesures, le représentant des agences de voyage du Cap-Vert prévoit un "scénario sombre" pour les entreprises du secteur, car beaucoup sont confrontées à de nombreuses difficultés financières car elles sont fermées pour trois mois.

Mário Sanches a déclaré qu'il y avait "un espoir" de recommencer en juillet, même de manière progressive, mais que la décision du gouvernement de reporter jusqu'en août la reprise des vols internationaux dans l'archipel est un autre "facteur d'incertitude" et qu'il apportera davantage des difficultés.

"Naturellement, cela aggrave les difficultés et c'est là que l'on s'attendrait à d'autres types de mesures accompagnées de" licenciements "", a insisté l'homme d'affaires, qui prévoit la fermeture d'au moins 30% de la centaine d'agences de voyages et de tourisme du pays. .

"Nous le prévoyons car chaque jour nous sommes confrontés à des agences qui nous disent qu'il n'y a pas de vols, il n'y a pas de revenus", a poursuivi le responsable à Lusa.

Le président de l'AAVTCV a considéré la question de la santé comme importante, mais a défendu une planification à long terme sur la question des voyages, car il comprend que «plus que jamais le mot d'ordre est survie» des entreprises du secteur.

Pour le représentant associatif, le «salut» implique d'investir dans le tourisme intérieur, avec la création d'un circuit qui servira plus tard de rampe de lancement pour le tourisme étranger.

Le tourisme garantit 25% du produit intérieur brut (PIB) du Cap-Vert, ayant battu un record de 819000 touristes en 2019, mais l'archipel est totalement fermé aux vols internationaux depuis le 19 mars.

Cette interdiction devait être levée en juillet, mais le gouvernement a allégué la recrudescence des cas en Europe, notamment au Portugal, pour reporter la reprise des vols internationaux jusqu'en août.

Le Premier ministre a également annoncé une réduction du taux de TVA dans le secteur du tourisme à 10%, par rapport au taux général actuel de 15%, une mesure qui sera incluse dans le budget rectificatif de l'État pour 2020, comme l'exonération de la TVA sur l'eau. irrigation.

Depuis le 19 mars, le Cap-Vert a enregistré une accumulation de 1 004 cas d'infection par le nouveau coronavirus, dont huit décès et 562 personnes ont été considérées comme guéries de la maladie.

La pandémie de Covid-19 a déjà fait près de 482 000 morts et infecté plus de 9,45 millions de personnes dans 196 pays et territoires, selon un rapport de l'agence française AFP.

La maladie est transmise par un nouveau coronavirus détecté fin décembre à Wuhan, une ville du centre de la Chine.

RIPE (PVJ) // VM

Contenu de Covid-19: les agences de voyage capverdiennes applaudissent la prolongation de la «mise à pied», mais en demandent plus apparaît d'abord à Visão.