«Il y avait des doutes de la Commission nationale de protection des données (CNPD) sur des choses où nous étions silencieux ou peu clairs. Depuis hier, nous examinons l'IPD (Integrated Project Delivery) pour mieux l'expliquer et nous l'enverrons dès qu'il sera prêt, mais nous ne modifions pas l'application », a déclaré Rui Oliveira, administrateur de l'Institut des systèmes et de l'ingénierie informatique, de la technologie et de l'informatique. Science (INESC TEC).

STAYAWAY COVID est une application volontaire qui, grâce à la proximité physique entre les «  smartphones '', permet de suivre rapidement et anonymement les réseaux de contagion par covid-19, informant les utilisateurs qu'ils se sont trouvés, au cours des 14 derniers jours, dans le même espace que quelqu'un infecté par le nouveau coronavirus.

S'adressant à Lusa, Rui Oliveira a affirmé que l'avis émis par le CNPD était «très raisonnable et ajusté» et que les «faiblesses» relevées dans le projet qui étaient considérées étaient «connues» par l'institut.

Dans un avis publié sur son site Internet, la CNPD considère que l'application comporte des risques et fait valoir qu'un test pilote devrait être réalisé pour identifier et corriger les failles de sécurité.

Selon Rui Oliveira, deux des «faiblesses» relevées par la commission sont liées à «certains détails qui ont été soumis», comme l'intégration des professionnels de la santé dans la candidature et la définition de l'organisme public responsable de STAYAWAY COVID, situation qui «est toujours en cours». défini ».

«L'opinion du CNPD où il place les soi-disant lignes rouges dans strictement rien à voir avec l'application. Les lignes rouges de l'avis sont qu'il est nécessaire de définir l'organisme public responsable de la demande et la participation active des autorités sanitaires est nécessaire », a-t-il déclaré.

Pour la commission, l'un des aspects les plus critiques de l'application est l'utilisation d'une interface provenant de Google ou Apple, car il y a "une partie cruciale" de l'exécution du système qui n'est pas contrôlée par les auteurs de l'application ou par les responsables du traitement des données. Dé.

Concernant ce problème, Rui Oliveira a déclaré que, malgré sa compréhension, il ne dispose pas «d'une solution capable de surmonter les inconvénients» liés à l'utilisation de l'API de notification et d'exposition Google et Apple.

"Lorsque nous utilisons ces fonctionnalités d'Apple et de Google, nous perdons le contrôle sur celles-ci, d'autant plus, malgré le fait que l'application et l'ensemble du système soient open source, cette partie ne l'est pas et donc nous perdons ce contrôle", a-t-il déclaré, ajoutant que cela c'est «une fragilité qui ne sera pas surmontée».

"Ne pas utiliser ces fonctionnalités de Google et Apple signifierait que nous n'avons aucune application", a-t-il souligné.

La Commission souligne le fait positif que l'application est facultative à utiliser, mais rappelle que le résultat d'actions telles que la désactivation de Bluetooth et la désactivation du suivi de proximité n'est pas sous le contrôle de l'utilisateur, mais le système d'exploitation géré par Apple ou Google, car l'application est téléchargée depuis l'Apple Store ou Google Play.

Il fait également valoir que pour le traitement des données résultant de la demande, une évaluation de l'impact de la protection des données est nécessaire, car il existe des opérations de «traitement à grande échelle» liées aux données personnelles de santé.

La CNPD fait également valoir qu'un test pilote dans des conditions réelles où l'application est disponible pour un nombre limité d'utilisateurs peut être bénéfique «pour identifier et corriger les failles de sécurité».

De l'avis de la commission, la Commission souligne certaines incertitudes quant au fonctionnement du système et indique qu'après avoir défini tous les problèmes encore en suspens, une réévaluation est nécessaire «pour s'assurer que les détails de la mise en œuvre de l'application n'entraînent pas de risques accrus pour la vie privée des utilisateurs. personnes concernées ».

À Lusa, l'administrateur de l'INESC TEC a déclaré que ce n'est qu'après la publication d'un document officiel du cadre de la loi pour l'application que STAYAWAY "peut atteindre le public".

Dans un communiqué, INESC TEC indique aujourd'hui qu'elle travaille à rendre l'application interopérable avec le système suisse, ajoutant que bien qu'elle ne soit pas en mesure d'indiquer une date prévue pour son lancement "en raison de conditions extérieures", elle maintient l'espoir de pouvoir lancer STAYAWAY COVID «à la mi-juillet».

Les associations de professionnels de la protection des données saluent aujourd'hui, dans des déclarations à Lusa, l'avis prudent du CNPD sur la demande, divergeant sur l'utilité de la technologie.

Pour Inês Oliveira, président de l'Association des professionnels de la protection et de la protection des données, la solution est "un" Big Brother ", considérant qu'il" faut remettre en cause son besoin, sa proportionnalité et son adéquation ".

"Nous ne sommes pas sûrs que cette solution technologique soit efficace", a déclaré Inês Oliveira, soulignant que les applications de suivi des contacts ont "une faible adhésion dans les pays de l'Union européenne qui les ont adoptées", une condition essentielle pour donner des résultats.

Le président de l'Association des délégués à la protection des données, João Gabriel, a déclaré à Lusa que la position de la Commission nationale de protection des données avait la "bonne prudence" par rapport à la candidature, "sans nier l'utilité de ce moyen complémentaire" de surveillance chaînes de transmission possibles du nouveau coronavirus.

João Gabriel a fait valoir que, pour avoir confiance dans la demande, le code source de son programme devait être rendu public et que le «semi-parrainage» du gouvernement pour son utilisation pouvait également être complété par la défense de la demande par les parties de la opposition.

La pandémie de Covid-19 a déjà fait plus de 505 500 morts et infecté plus de 10,32 millions de personnes dans 196 pays et territoires, selon un rapport de l'agence française AFP.

Au Portugal, 1 576 personnes sont décédées des 42 141 personnes confirmées infectées, selon le dernier bulletin de la direction générale de la santé.

SPYC (APN / SO) // HB

Lusa / End.

Covid-19: La conception de l'application de dépistage est en cours de révision – INESC TEC apparaît pour la première fois dans Vision.