Selon la dépêche publiée dans Diário da República, les mesures qui étaient en vigueur jusqu’à la fin décembre dernier s’étendent jusqu’à la fin janvier et le document peut être révisé «à tout moment, en fonction de l’évolution de la situation épidémiologique».

«La nécessité d’étendre les mesures restrictives du trafic aérien est maintenue, dûment alignée sur les préoccupations de santé publique du moment», précise le gouvernement.

Ainsi, le trafic aérien à destination et en provenance du Portugal continental pour tous les vols à destination et en provenance des pays faisant partie de l’Union européenne continuera d’être autorisé, ainsi que les pays associés à l’espace Schengen (Liechtenstein, Norvège, Islande et Suisse).

Selon le document, les voyages essentiels sont ceux qui permettent le transit ou l’entrée ou le départ du Portugal de ressortissants de l’Union européenne, de ressortissants d’États associés à l’espace Schengen et de membres de leur famille et de ressortissants de pays tiers résidant légalement dans un État membre. Membre de l’Union européenne.

Les ressortissants de pays tiers voyageant pour des raisons professionnelles, d’études, de réunion de famille, de santé ou pour des raisons humanitaires sont également couverts.

Le document envisage également des vols pour soutenir le retour des ressortissants nationaux ou des titulaires de permis de séjour au Portugal continental, ainsi que ceux de nature humanitaire et ceux destinés à permettre le retour dans les pays respectifs des citoyens étrangers qui se trouvent sur le territoire continental du Portugal, à condition que « Etre promu par les autorités compétentes de ces pays, sous réserve d’une demande et d’un accord préalables et dans le respect du principe de réciprocité ».

L’ordonnance autorise également les vols «à destination et en provenance de pays et de régions administratives spéciales, dont la situation épidémiologique est conforme à la recommandation (UE) 2020/2169 du Conseil, du 17 décembre 2020, concernant les liaisons aériennes avec le Portugal» et constante d’une liste jointe au document, ainsi que «l’entrée au Portugal de résidents des pays figurant sur la liste, dès lors qu’ils n’ont effectué que des transits ou des transferts internationaux dans des aéroports situés dans des pays non inclus dans la liste».

Cette liste comprend l’Australie, la Chine, la Corée du Sud, le Japon, la Nouvelle-Zélande, le Rwanda, Singapour, la Thaïlande et l’Uruguay et les régions administratives spéciales de Hong Kong et de Macao.

Cependant, les passagers sur les vols essentiels, à l’exception des enfants de moins de deux ans, embarquent uniquement avec présentation d’une preuve de tests de laboratoire (RT-PCR) pour le dépistage de l’infection par le SRAS-CoV-2, avec résultat négatif, effectué dans les 72 heures avant le départ.

Les citoyens qui, exceptionnellement, débarquent sans preuve de test négatif doivent effectuer le test à leur arrivée sur le territoire national, à leurs frais, dans un endroit approprié à l’intérieur de l’aéroport, où ils attendront jusqu’à la notification du résultat négatif.

« Les ressortissants étrangers qui embarquent sans le test (…), ou dont le transit les oblige à abandonner les installations aéroportuaires, doivent se voir refuser l’entrée sur le territoire national, l’entreprise faisant l’objet de la procédure d’infraction administrative », ajoute-t-il.

SO // SB

Contenu Covid-19: le Portugal étend les restrictions sur les vols en dehors de l’UE jusqu’à la fin du mois de janvier.