Le Portugal et l'Espagne considèrent que la situation actuelle de la pandémie est différente de celle enregistrée en mars, justifiant des mesures chirurgicales et spécifiques, et ne fermeront pas les frontières communes, ont déclaré aujourd'hui à Lisbonne les chefs de la diplomatie des deux pays.

La phase actuelle du covid-19 et les perspectives du prochain sommet portugais-espagnol, qui aura lieu dans la ville de Guarda les 2 et 3 octobre, ont dominé la conférence de presse d'Augusto Santos Silva et de son homologue espagnol Arancha González Laia, à Lisbonne, qui, lors de leur réunion de travail, a également abordé divers sujets de l'agenda européen et des questions internationales.

«Non», a répondu Augusto Santos Silva à propos d'une éventuelle fermeture des frontières communes. «Ce n'est pas en nous fermant que nous résoudrons ce problème commun que nous avons, la pandémie.

«Au contraire, elle coopère avec nous et fait ce que nous avons à faire au niveau des pouvoirs publics, en maintenant et en augmentant la capacité de réponse de nos systèmes de santé et en sensibilisant nos concitoyens, car ce combat contre la pandémie est gagné avec contribution et effort de chacun », a défendu le chef de la diplomatie portugaise.

Une position corroborée par Arancha González Laia, lorsqu'elle insiste sur le fait que la situation en Espagne et au Portugal n'est pas une exception, mais la règle, et révèle qu'à ce stade il y a un taux élevé d'infections de personnes asymptomatiques, ce qui pose de nouveaux défis.

"Les flambées qui se produisent en Espagne et au Portugal sont les mêmes que celles que nous avons vues en France, en Italie, en Autriche, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et, par conséquent, ne font pas exception, elles sont la règle", a-t-il déclaré.

«Notre responsabilité est de les gérer. En Espagne, plus de la moitié des personnes infectées sont asymptomatiques, ce qui donne une idée de l'effort du pays en matière de tests (…) et que l'isolement chirurgical des citoyens testés positifs devrait être imposé », a déclaré le ministre espagnol.

Le chef de la diplomatie espagnole a également exclu la fermeture des frontières dans cette nouvelle phase du virus et a défendu une réponse «chirurgicale», pour éviter que de nouvelles flambées dans plusieurs pays européens ne deviennent un problème pour les services de santé.

"Nous devons pouvoir traiter, contrôler et rechercher ce traitement chirurgical du virus tout en maintenant un espace de liberté dans nos économies, dans nos sociétés, afin que nos pays puissent continuer à fonctionner et avec de grandes doses de responsabilité sociale", souligné.

Arancha González Laia a insisté sur le fait qu'en Espagne, les citoyens sont confinés chirurgicalement "parce que le pays n'est pas confiné" et a considéré que la situation actuelle était différente de celle enregistrée en mars.

«Avec des mesures plus spécifiques et plus décisives, des frontières ouvertes, la liberté de mouvement de la plupart de nos citoyens peut être maintenue et tout en protégeant leur santé. (…). Nous continuerons à gérer cette nouvelle phase de la pandémie, qui, j'insiste, où nos deux pays ne sont pas l'exception mais la norme », a déclaré le ministre.

Augusto Santos Silva a également souligné que, dans le cas du Portugal, le nombre de contagions est en augmentation, contrairement aux personnes hospitalisées ou hospitalisées en soins intensifs.

«C'est une nouvelle réalité. (…) Il est très important de comprendre que nous sommes tous européens et membres de l'Union européenne. Et, par conséquent, il ne s'agit pas d'établir des différences ou des divisions entre les pays », a-t-il dit, pour appeler à un effort au niveau européen à travers des mesures coordonnées.

En référence au sommet portugais-espagnol des 02 et 03 octobre, le chef de la diplomatie portugaise a admis que le thème de la coopération économique et de la coopération bilatérale dans cette reprise "sera un thème central, sinon le thème central" de cette réunion des chefs de gouvernement les deux pays, et en mettant l’accent sur la coopération transfrontalière.

"Dans les négociations avec l'Union européenne, la réindustrialisation de l'Europe aura deux protagonistes principaux au Portugal et en Espagne", a ajouté le ministre, après avoir souligné que les deux économies restent très intégrées et dépendantes.

L'homologue madrilène a renforcé cette approche, soulignant que le Sommet «cherche à répondre aux demandes des entreprises, des citoyens, des communautés autonomes, des communes, des deux côtés de la frontière, qui nous demandent de mettre l'accent sur la reprise économique et sociale après la crise. ».

Et en établissant l'objectif essentiel du Sommet, Arancha González Laia a évoqué l'impulsion d'une «stratégie transfrontalière» pour répondre aux zones transfrontalières entre l'Espagne et le Portugal.

«En ce moment de crise post-covid, c'est à ce moment que cette stratégie transfrontalière prend le plus de sens, dans laquelle nous entendons visualiser l'engagement de nos gouvernements progressistes que nous sommes, dans la promotion d'une reprise économique qui ne laisse personne de côté et qui se concentre particulièrement sur les territoires les plus dépeuplés, ceux qui ont peut-être subi le plus grand impact économique de cette crise. Des espaces transfrontaliers que nous souhaitons ensemble faire évoluer de manière très déterminée pour accélérer la transformation économique et sociale de nos régions frontalières », a-t-il affirmé.

Les chefs de la diplomatie au Portugal et en Espagne n'ont pas confirmé la reprise des liaisons ferroviaires entre Lisbonne et Madrid, interrompues depuis mars, sujet qui sera également abordé lors du sommet de Guarda.

PCR // ANP

Le contenu du Covid-19: le Portugal et l'Espagne maintiennent une frontière ouverte et défendent des mesures «chirurgicales» apparaît en premier à Visão.