Le gouvernement portugais s'est montré aujourd'hui prêt à coopérer avec le Cap-Vert pour une reprise conjointe de la crise provoquée par le covid-19, rappelant que le Portugal prévoyait des décaissements pour soutenir le budget de ce pays africain, selon une source officielle.

Selon le ministère portugais des Affaires étrangères, dans une clarification demandée par l'agence Lusa, concernant la position défendue lundi par le vice-Premier ministre du Cap-Vert, Olavo Correia, d'une «conversion» de la dette de 600 millions d'euros. d'euros au Portugal en «investissements stratégiques» dans l'archipel, le Portugal «sera toujours disponible pour coopérer avec le Cap-Vert».

«Le Portugal sera toujours disponible pour coopérer avec le Cap-Vert, notre partenaire stratégique, créant des opportunités de relèvement conjoint de la crise causée par la pandémie de covid-19», selon la multinationale portugaise.

Ce ministère a rappelé que le Gouvernement «a immédiatement procédé à l'anticipation des décaissements pour l'appui général au budget du Cap-Vert et a cherché à soutenir la relance et le développement économique, à travers les instruments de la coopération bilatérale, en évaluant en permanence la meilleure façon de défendre la résilience des relations économiques et commerciales ».

Dans le cadre des mesures de politique économique en réponse au covid-19, le Portugal a procédé à l'anticipation des décaissements pour l'appui général au budget du Cap-Vert, d'un montant de 500 000 euros.

Lundi, après avoir reçu le nouvel ambassadeur du Portugal au Cap-Vert, António Albuquerque Moniz, Olavo Correia, également ministre des Finances, a souligné que le Portugal "est un partenaire stratégique".

"C'est le premier créancier de la dette extérieure du Cap-Vert, entre les financements bilatéraux et les opérations bancaires, on parle d'environ 600 millions d'euros", a reconnu le ministre, ajoutant que l'approche, à l'avenir, passe par "la reconversion de cette dette. investissements stratégiques dans les domaines les plus divers ».

«Du numérique, à la transformation agricole, aux énergies renouvelables, à l'éducation, à la transformation du Cap-Vert en tant que pays plateforme, mais aussi à l'inclusion sociale et à la promotion de la qualification des institutions. Une reconversion dans des conditions qui pourraient intéresser le Cap Vert et le Portugal », a souligné Olavo Correia.

Le Cap-Vert traverse déjà une crise économique provoquée par la pandémie de covid-19, avec le secteur du tourisme, qui garantit 25% du produit intérieur brut (PIB), qui est au point mort depuis mars. Pour compenser le manque de recettes fiscales et compte tenu de l'augmentation des dépenses avec les prestations sociales et les soins de santé, le gouvernement a annoncé qu'il avait déjà négocié des moratoires sur le paiement de la dette du pays.

Le Cap-Vert enregistre 2373 infectés par le nouveau coronavirus et 23 morts.

La pandémie de covid-19 a déjà fait plus de 660 000 morts et infecté plus de 16,7 millions de personnes dans 196 pays et territoires, selon un rapport de l'agence française AFP.

SMM (PVJ) // VM

Covid-19: Le contenu du Portugal disponible pour coopérer avec le Cap-Vert pour se remettre de la crise apparaît en premier à Visão.