Le Portugal fait partie des pays de la zone euro les plus exposés à la réduction des exportations dans le secteur du tourisme en raison de la covid-19, avec Chypre, Malte et la Grèce, selon un article publié aujourd'hui par la Banque centrale européenne (BCE).

"On estime que les pays de la zone euro les plus exposés à l'impact de la pandémie en termes d'exportations nettes de services de voyage sont Chypre, Malte, la Grèce et le Portugal", peut être lu dans un article du Bulletin économique de la BCE sur l'impact de la pandémie de covid-19 dans le secteur du tourisme.

L'article, signé par l'économiste Tobias Schuler, souligne que l'Espagne, l'Autriche, le Luxembourg et la Slovénie «devraient également avoir un impact significatif en termes d'exportations nettes de voyages», mais «en revanche, l'Allemagne et la Belgique devraient bénéficier légèrement en termes d'exportations nettes , étant donné qu'ils sont de grands importateurs de services de voyage ».

Le tourisme international est considéré comme une exportation lorsque, par exemple, un visiteur étranger dépense de l'argent dans un pays donné, la logique étant inversée pour la comptabilisation des importations, tandis que les frais de voyage sont enregistrés comme des services de transport.

Le document note que «les plus grands exportateurs en termes de revenus sont l'Espagne, la France, l'Italie et l'Allemagne, avec plus de la moitié de leurs exportations de voyages vers des pays hors zone euro», avec «l'Autriche, les Pays-Bas, la Grèce et le Portugal a également d'importantes destinations de voyage dans la zone euro, l'Autriche et les Pays-Bas enregistrant des pourcentages plus élevés d'exportations au sein de la zone euro.

«En termes relatifs, les exportations touristiques sont également importantes vers Chypre, Malte, la Grèce et le Portugal», selon l'article de la BCE, qui déclare que «la plupart des pays de la zone euro dépensent entre 2% et 4% du PIB (PIB Produit intérieur brut) à l'étranger, qui est enregistré comme des importations de services de voyage ».

Dans les pays importateurs, «l'Allemagne est de loin le plus grand importateur de services de voyage en termes absolus», et «la Belgique, le Luxembourg et Chypre sont des importateurs relativement importants de services de voyage par rapport à leur PIB, compte tenu de leur interconnexion avec les autres économies voisines ».

L'article de la BCE rappelle que le tourisme a contribué pour 42 milliards d'euros à un excédent de 68 milliards d'euros dans la balance commerciale des services de la zone euro en 2019, les exportations hors bloc représentant 988 milliards d'euros, parmi eux, 124 milliards voulaient des services de voyage, soit 17% du total.

Ainsi, "la zone euro est exposée au commerce des secteurs de services très touchés" par la pandémie de la covid-19, compte tenu de la contribution à l'excédent du secteur des voyages de pays comme le Royaume-Uni, la Suisse ou les États-Unis.

«Le transport aérien, qui représente de loin la plus grande part de la valeur des exportations et des importations dans le transport de passagers, est particulièrement touché» par la pandémie, dans un statu quo «sans précédent» dans le secteur.

"Les revenus des vols ont baissé d'environ 15% après les attentats terroristes de septembre 2001 et ont mis deux à trois ans pour se remettre pleinement aux États-Unis et en Europe", rappelle la BCE, qui rappelle également l'épidémie de SRAS en 2002/03. , dans laquelle les revenus ont chuté "d'environ les deux tiers et n'ont récupéré qu'un an plus tard".

La BCE prévient que "la baisse de l'activité des compagnies aériennes internationales à la suite de covid-19 est, cependant, beaucoup plus large et plus profonde, et aura probablement des conséquences plus durables pour l'industrie que les épisodes précédents".

La capacité de transport aérien a chuté de 65% dans le monde depuis le début de l'épidémie, selon l'article, et en Italie, en Espagne, en France et en Allemagne, elle a chuté de plus de 90% par rapport à la même période en 2019, avec un nombre plus faible aux États-Unis (72% ), Le Japon (48%) et la Chine (71%, avec une reprise à 20% entre-temps).

Au total, selon la BCE, les exportations de services ont baissé de 10,6% et les importations de 3,3% en mars 2020 par rapport au même mois de l'année précédente.

JE // JNM

Covid-19: le Portugal est l'un des pays les plus exposés à l'impact des exportations sur le tourisme – la BCE apparaît pour la première fois à Visão.