Le rapport, signé par le ministre des Finances, Fernando Hanjam, et auquel Lusa a eu accès, note que l'exécution budgétaire avait atteint 90,621 millions de dollars (80,62 millions d'euros) le 10 juin, soit 60,4% du total.

Ce total comprend les paiements de prévention et d'atténuation, d'un montant de 74,12 millions de dollars US (66 millions d'euros) – 49, 0,4% du budget total du programme -, et les paiements pour le programme pour l'accès aux produits alimentaires, non alimentaires et services, pour un montant de 16,5 millions de dollars (14,7 millions d'euros – 11% du total).

Jusqu'à cette date, aucun paiement n'avait encore été effectué concernant le programme «d'augmentation durable de la production et de la productivité», comme on peut le lire dans le document.

Dans le rapport, il est noté que depuis le 17 avril, date de création du fonds, le total des revenus était de 150,75 millions de dollars (134 millions d'euros), correspondant à un transfert extraordinaire du Fonds pétrolier de 150 millions de dollars et des dons et un soutien financier de l'Organisation internationale du Travail d'un montant de 748 milliers de dollars (665 milliers d'euros).

L'une des tranches de dépenses les plus importantes correspond à l'aide sociale directe aux familles, avec 60,58 millions de dollars US (53,9 millions d'euros) en cours d'exécution.

Entre autres dépenses, le rapport marque plus de 6,36 millions de dollars (5,66 millions d'euros), destinés à «isoler et traiter les cas de covid-19», et plus de six millions (5,3 millions d'euros) ) pour «soutenir les opérations de prévention et d'atténuation».

Attribués au bureau du Premier ministre, 1,65 million de dollars (1,47 million d'euros) ont été dépensés pour des dépenses telles que la «restauration», le carburant, les fournitures de bureau et les «incitations pour le personnel de première ligne», ce dernier s'élevant à 600 mille dollars (534 mille euros).

Le SECOMS a dépensé plus de 200 milliers de dollars (178 milliers d'euros) essentiellement pour le fonctionnement de la salle de situation du Centre intégré de gestion de crise (CIGC).

Dans le cas du Ministère des affaires étrangères et de la coopération, la plus grande part – 3,17 millions de dollars (2,8 millions d'euros) – est allée au «soutien consulaire aux citoyens timorais de la diaspora affectés par des activités de prévention et de lutte contre la maladie». ».

Le ministère de la Santé a affecté l'une des plus importantes tranches de dépenses – 57,9 millions de dollars (51,5 millions d'euros) – dont 1,62 million de dollars (1,44 million d'euros) pour les hôtels utilisés pour la quarantaine 2. , 75 millions de dollars (2,45 millions d'euros) pour la réhabilitation et l'entretien des installations de quarantaine, six millions de dollars pour l'achat de matériel médical et deux millions de dollars (1,78) pour l'extension de la salle de l'Unité. Soins intensifs de l'hôpital Nacional Guido Valadares et pour le soutien dans le traitement des cas critiques.

Environ 2,63 millions de dollars (2,34 millions d'euros) ont été consacrés à la construction de chambres d'isolement et deux millions de dollars à la réhabilitation des installations d'isolement de l'ancien hôpital Dr António Carvalho.

Le ministère de l'Agriculture et de la Pêche a enregistré des dépenses de plus de 3,12 millions de dollars (2,78 millions d'euros) dans plusieurs programmes.

En ce qui concerne les Forces de défense du Timor-Leste (F-FDTL), le tableau montre des dépenses de 6,4 millions de dollars (5,7 millions d'euros), dont la plus grande part – 2,97 millions de dollars (2,64 millions d'euros) – correspond au paiement d'un supplément opérationnel à 2161 personnes, pour 45 dollars (40 euros) par jour pendant 30 jours.

Un montant de 1,92 million de dollars (1,71 million de dollars) a également été affecté au "matériel et fournitures d'hygiène".

Dans le cas de la Police nationale du Timor-Leste (PNTL), les dépenses s'élèvent à 6,78 millions de dollars (six millions d'euros), dont la plus grande part – 6,11 millions de dollars (5,44 millions d'euros) – ont été marqués comme «charges d'exploitation».

16,52 millions de dollars (14,7 millions d'euros) sont alloués au Centre national de logistique pour l'achat de riz destiné à la réserve de stocks alimentaires de l'État.

Le Timor-Leste n'a actuellement aucun cas actif de covid-19 et a mis fin vendredi à la troisième période de 30 jours de l'état d'urgence.

ASP // JMC

Le contenu de Covid-19: le gouvernement timorais a exécuté 60,4% du Fonds Covid-19 jusqu'à la mi-juin. Il apparaît pour la première fois à Visão.