«Pour la semaine, il n’y a pas [a Rabo de Peixe]», Car il sera« soulevé de manière responsable », a déclaré le responsable du gouvernement.

Artur Lima s’exprimait au parlement des Açores, dans le cadre de l’appréciation d’une initiative PSD qui recommande à l’exécutif un programme spécifique de relance économique et sociale pour les paroisses de Ponta Garça et Rabo de Peixe.

Aux députés, le vice-président a souligné la «grande adhésion» et le comportement de la population du village de pêcheurs, «en dialogue» avec les équipes pluridisciplinaires sur le terrain, qui ont déclaré avoir mené depuis le 5 février, avec l’institution du clôture sanitaire, 998 visites des ménages.

Le jour où les Açores n’ont enregistré aucun cas d’infection, le responsable du gouvernement s’est félicité de ce fait, déclarant: «Je suis heureux que les Açores soient la région du pays qui connaît la pandémie la mieux maîtrisée», mais il a souligné que l’exécutif être «attentif et préventif pour ne pas faciliter les choses».

En réponse aux accusations des parlementaires de l’opposition, Artur Lima a déclaré que « stigmatiser la paroisse », c’était laisser les cas se propager sur l’île de São Miguel, sous la responsabilité de cette population.

Le vice-président du gouvernement des Açores a rappelé au député de BE et à son chef régional, António Lima, que c’était le gouvernement de la République qui «entourait les paroisses de clôtures et que, contrairement à la région, où« des mesures étaient prises pour l’économie pour respirer »Dans la lutte contre la pandémie, l’exécutif national-socialiste« s’est confiné et a tout fermé ».

Dans le cadre du débat parlementaire, le député António Lima a condamné le fait que la clôture soit centrée sur la zone de pêche du village, où il y a plus de problèmes sociaux, dans une «attitude répréhensible du gouvernement régional», ayant demandé une définition des critères utilisés pour instituer la clôture et de ceux pouvant conduire à sa levée.

António Lima a également condamné le géoréférencement des rues et des maisons avec des patients du covid-19 dans ce village de pêcheurs.

De son côté, le socialiste Francisco César a estimé que les mesures adoptées pour Rabo de Peixe étaient prises avec « manque de dialogue et d’information », a répudié le géoréférencement, car « stigmatisé une population », et a condamné le fait que les agents de la PSP « avec mitrailleuses destinées à la population ».

S’exprimant dans le débat, le secrétaire régional de la Santé, Clélio Meneses, a déclaré qu’il prendrait « toutes les décisions pour sauvegarder la santé publique », comme la clôture à Rabo de Peixe, a souligné qu’il ne « cherchait pas des votes » et accusé l’opposition PS et BE doivent «mettre le feu aux Açoriens les uns contre les autres».

La proposition PSD, qui a été approuvée à l’unanimité aujourd’hui, recommande que le gouvernement régional «conçoive et mette en œuvre un programme spécifique de redressement économique et social pour les paroisses de Ponta Garça et Vila de Rabo de Peixe, soumises à des clôtures sanitaires pour des raisons de santé publique dans le champ d’application des mesures de lutte contre la pandémie de covid-19 ».

Les promoteurs mentionnent que l’initiative «devrait envisager la création de soutiens sociaux spécifiques et l’augmentation d’autres soutiens existants pour les micro, petites et moyennes entreprises et les propriétaires uniques, dont les activités ont été totalement fermées en raison de la mise en place de clôtures sanitaires à Ponta Garça et Queue de poisson « .

La clôture sanitaire de Rabo de Peixe est en place depuis le 13 janvier, mais depuis le 5 février, elle ne s’appliquait qu’à une partie du village.

Cependant, depuis mercredi, il n’a été appliqué qu’au «territoire au nord de la Rua da Praça et de la Rua da Nossa Senhora de Fátima, y ​​compris le quartier situé dans les rues Francisco Andrade et Afonso Maria Tavares».

L’Autorité sanitaire des Açores a rapporté aujourd’hui qu’au cours des dernières 24 heures, il n’y avait pas eu de nouveaux cas positifs de covid-19 dans la région, trois patients se remettant de la maladie.

Ainsi, les Açores comptent aujourd’hui 56 cas actifs, 47 à São Miguel, huit à Pico et un à Faial.

Depuis le début de la pandémie, 3 839 cas positifs ont été diagnostiqués aux Açores, 3 649 personnes se sont rétablies de la maladie et 29 sont décédées.

JME // MCL

Le contenu Covid-19: le gouvernement des Açores lève la barrière sanitaire à Rabo de Peixe pour la semaine apparaît en premier à Visão.