Le gouvernement a estimé aujourd'hui que certains États membres de l'Union européenne maintenaient des restrictions sur les liaisons aériennes entre les pays européens "contrairement aux décisions de Bruxelles, avertissant que le Portugal" se réserve le droit d'appliquer le principe de réciprocité ".

"Le Portugal a naturellement eu connaissance de la décision de certains États membres qui, malgré les décisions prises par l'Union européenne, persistent à maintenir des restrictions sur les liaisons aériennes au sein de l'espace européen", a expliqué, dans une note, le ministère des Affaires Étrangers, encadrés par Augusto Santos Silva.

Le gouvernement a souligné que la réouverture des frontières «aura un effet positif sur la mobilité» entre les pays de l'UE.

Cependant, "les restrictions sur les liaisons aériennes originaires de certains États membres limitent cette ouverture et contredisent de manière flagrante, non seulement l'esprit de solidarité entre les pays européens, mais aussi la décision des institutions européennes de restaurer la libre circulation au sein de l'espace européen", continue la note.

"Naturellement, en maintenant la situation actuelle, le Portugal se réserve le droit d'appliquer le principe de réciprocité", a averti le ministère chargé de la diplomatie portugaise.

L'EMN a ajouté que le Portugal "avait envoyé des informations systématiques et à jour" sur l'évolution de la pandémie dans le pays et que les restrictions imposées par des pays comme le Danemark ne reposaient que sur "un seul critère", en oubliant "tous les autres". critères révélant ou plus l’incidence »de la maladie.

Le Portugal "a effectué beaucoup plus de tests que la plupart" des États membres de l'UE, ce qui augmente, "naturellement, le nombre de cas détectés", et mène "des opérations de dépistage dans des zones géographiques et des secteurs d'activité qui peuvent révèlent plus d'incidence »du nouveau coronavirus, poursuit-il.

Concernant «la levée des restrictions appliquées» par l'UE «aux pays tiers», le ministère a déclaré que «l'ouverture des frontières extérieures de l'Union» va maintenant commencer.

Le Danemark a annoncé aujourd'hui qu'il étendrait à partir du 27 juin l'ouverture de ses frontières aux pays européens à faible contagion de covid-19, mais les conditions imposées excluent le Portugal et la Suède.

Les autorités danoises avaient déjà ouvert lundi les frontières aux résidents de Norvège, d'Islande et d'Allemagne, sous certaines conditions, n'autorisant des voyages touristiques que vers ces trois pays.

Dans une déclaration, le gouvernement danois a indiqué aujourd'hui que, le 27 de ce mois, il allégerait les restrictions sur les voyages à l'étranger.

Le nouveau modèle présenté aujourd'hui est basé sur des critères tels que moins de 20 nouvelles contagions pour 100 000 habitants par semaine et le régime de test utilisé dans chacun des pays, en plus de la réciprocité entre les États, donc ceux qui sont ne pas autoriser les citoyens danois à entrer.

Vingt-cinq depuis ce mois, les autorités de Copenhague publieront une liste mise à jour, mais étant donné la situation actuelle, la plupart des États de l'Union européenne (UE) et de l'espace Schengen, ainsi que le Royaume-Uni, seront des «pays ouverts».

Lors d'une conférence de presse, le ministre suédois des Affaires étrangères, Jeppe Kofod, a indiqué que le Portugal et la Suède n'étaient pas sur la liste, sans donner de détails.

La pandémie de Covid-19 a déjà fait plus de 450 000 morts et infecté plus de 8,4 millions de personnes dans 196 pays et territoires, selon un rapport de l'agence française AFP.

Au Portugal, 1 524 personnes sont décédées des 38 089 personnes confirmées infectées, selon le dernier bulletin de la direction générale de la santé.

AFE (JSD) // JPS

Le contenu de Covid-19: le gouvernement critique les restrictions sur les liaisons aériennes dans l'UE et menace de «réciprocité» apparaît d'abord dans Vision.