«La récente révision à la baisse de la notation de la Zambie pourrait déclencher une série de« défauts »en Afrique subsaharienne, où plusieurs pays sont confrontés à de fortes pressions de liquidité et à des niveaux d'endettement très élevés, et où le poids du doute a fortement augmenté dans la plupart des pays la dernière décennie », affirment les analystes.

Dans une note adressée aux investisseurs, à laquelle Lusa a eu accès, les analystes de cette agence de notation détenue par les mêmes propriétaires du cabinet de conseil Fitch Solutions précisent qu '«en plus de la Zambie, en C, Fitch évalue quatre pays de la région au niveau CCC, ont indiqué que le «défaut financier» est une possibilité réelle », et précisent que ces pays sont l'Angola, la République du Congo, le Gabon et le Mozambique, tous avec un score CCC inférieur à la recommandation d'investissement.

"Les notes de l'Angola et du Gabon ont été révisées à la baisse en septembre et avril, respectivement, le Cap-Vert est à B- avec une perspective d'évolution stable, et six autres sont au niveau B", ajoute la note.

Fitch a abaissé la note de la Zambie la semaine dernière, considérant que «la suspension des paiements d'intérêts sur les trois émissions de dette, comme demandé dans le 'formulaire de consentement' envoyé aux créanciers privés par le gouvernement à la mi-septembre constituerait un la dette, qui, si elle était approuvée, ramènerait la note à «Default Selective» », expliquent-ils.

La pandémie de covid-19 et la baisse de la demande mondiale, couplées à la baisse du prix des matières premières, ont plongé de nombreux pays africains dans une crise économique, particulièrement grave en Afrique en raison du niveau élevé d'endettement dans la plupart des pays. .

«Cette année, il y a déjà eu un nombre record de« défauts »de pays, dont le Liban, l'Équateur, le Suriname et l'Argentine», a déclaré Fitch Ratings, notant qu'en Afrique «le pourcentage de pays dans lesquels le taux de paiement de les intérêts sur les recettes dépassent 30%, c'est maintenant plus élevé qu'avant les initiatives de réduction de la dette qui ont assoupli les finances de ces pays au cours des années 2000 ».

La Zambie a été l'un des pays qui ont adhéré à l'Initiative de suspension du service de la dette du G20 (DSSI), qui fait valoir que les créanciers privés devraient participer dans des conditions similaires, mais ne le rend pas obligatoire dans l'accord déjà demandé par 46 pays, une trentaine d’entre eux sont des Africains.

"Si les pays demandent la suspension du service de la dette des créanciers privés, cela pourrait être qualifié de" swap de dette problématique "et conduire à une révision de la" notation "de défaut sélectif", concluent-ils.

L'Afrique a enregistré 141 décès supplémentaires dus à la covid-19 au cours des dernières 24 heures, passant à 35 440 et près de 10000 cas supplémentaires, pour un total de 1459714 infectés, selon les données les plus récentes sur la pandémie du continent.

Selon le Centre de contrôle et de prévention des maladies de l'Union africaine (CDC Afrique), au cours des dernières 24 heures, il y a eu plus de 9666 cas de la maladie dans les 55 États membres de l'organisation et 5840 guéris, pour un total de 1205671.

Le premier cas de covid-19 en Afrique est apparu en Égypte le 14 février, et le Nigéria a été le premier pays d'Afrique subsaharienne à signaler des cas d'infection le 28 février.

La pandémie de covid-19 a déjà fait plus d'un million de morts et plus de 33 millions de cas d'infection dans le monde, selon un rapport de l'agence française AFP.

La maladie est transmise par un nouveau coronavirus détecté fin décembre à Wuhan, une ville du centre de la Chine.

MBA // PJA

Covid-19: Le contenu «par défaut» de la Zambie pourrait déclencher une vague de faillites en Afrique – Fitch apparaît en premier dans Vision.