Ouvrant ce matin le débat annuel sur l'état de la Nation, à l'Assemblée nationale, dernière législature entamée en 2016, le Premier ministre a fait le bilan des quatre dernières années et a admis les difficultés créées en 2020 par la pandémie, qui est venue couper un croissance économique qui, selon lui, avoisine 7% par an.

«Les temps à venir seront difficiles sur le plan social et économique. Nous nous engageons dans la gestion de crise, pour faire de notre mieux pour répondre à la situation actuelle. Nous avons un agenda fort dans la phase de construction et d'achèvement jusqu'en septembre, visant à accélérer les changements structurels et qui doit s'adapter au nouveau contexte du monde post-covid », a-t-il souligné.

Ces transformations, a-t-il expliqué, incluent le développement du capital humain, la santé et la sécurité sanitaire, la transformation numérique, la transition énergétique et la stratégie de l'eau et l'économie bleue. Ceci afin de «positionner le Cap-Vert comme un pays avec une économie du savoir, un pays sûr, avec une économie efficace, compétitive, résiliente, diversifiée et alignée sur les grandes tendances de l'économie verte», et comprenant «un tourisme sûr avec plus grand effet multiplicateur »dans toutes les îles.

«C'est avec ces stratégies incorporées dans l'Agenda 2030, que nous allons convaincre les créanciers internationaux et les institutions financières de la bonté de notre proposition d'allégement de la dette extérieure pour libérer des ressources pour financer les investissements structurels pour l'avenir», a-t-il déclaré, alors que le gouvernement prévoit clôturent cette année avec un stock de dette publique (intérieure et extérieure) équivalent à plus de 145% du produit intérieur brut (PIB).

Il a donc garanti que le moment actuel est "décisif pour la nation capverdienne", mais qu'il ne l'est pas "pour céder à des solutions faciles, au populisme et aux conditions de blocage face à de graves problèmes".

«C'est le moment de répondre avec vérité et réalisme, c'est un moment difficile, qui doit être surmonté, d'un point de vue économique, sanitaire et social. Il est temps de résoudre les problèmes, de protéger, mais de lancer la construction du futur », a-t-il également déclaré, devant les députés.

L'Assemblée nationale capverdienne reçoit aujourd'hui le dernier débat sur l'état de la Nation de l'actuelle législature, tenant compte de la tenue d'élections législatives au premier semestre 2021, marquée par la pire crise économique de son histoire, en raison de la pandémie.

Ulisses Correia e Silva a affirmé que dans les moments difficiles "il faut" savoir "motiver" et "s'élever", soulignant que son "engagement" est envers le pays et "non aux prochaines élections".

La baisse du tourisme, qui représente 25% du PIB du Cap-Vert, est la conséquence économique la plus visible de la pandémie. Le pays est fermé aux vols internationaux depuis le 19 mars et prévoit de perdre plus d'un demi-million de touristes d'ici la fin de l'année, contre un record de 819000 visiteurs en 2019.

Ce débat sur l'état de la nation, qui est ouvert par le Premier ministre, a lieu le lendemain de l'approbation par le parlement du projet de budget rectificatif de l'État pour 2020, qui s'élève à 75084.978.510 escudos (679,1 millions d'euros), parmi les dépenses et les revenus, y compris l'endettement, ce qui représente une augmentation de 2,6% du crédit inscrit au budget toujours en vigueur.

Le budget actuel de l'État prévoyait une croissance économique de 4,8 à 5,8% du PIB en 2020, en ligne avec les années précédentes, une inflation de 1,3%, un déficit budgétaire de 1,7% et un taux de chômage de 11,4%, en plus d'un niveau d'endettement équivalent à 118,5% du PIB.

Ces prévisions sont fortement affectées par la crise économique et sanitaire, reflétée dans cette nouvelle proposition de budget pour 2020: une récession économique qui pourrait osciller entre 6,8% et 8,5%, un taux de chômage de près de 20% d'ici la fin de l'année. et un déficit budgétaire s'élevant à 11,4% du PIB.

Le Cap-Vert a enregistré à la fin du 30 juillet, une accumulation de 2418 cas de covid-19, diagnostiqués depuis le 19 mars, avec 23 décès.

La pandémie de covid-19 a déjà fait plus de 667 000 morts et infecté plus de 17 millions de personnes dans 196 pays et territoires, selon un rapport de l'agence de presse France-Presse (AFP).

PVJ // PJA

Le contenu de Covid-19: le Cap-Vert veut convaincre les créanciers internationaux d'alléger la dette – PM apparaît en premier à Visão.