«Le« licenciement »se poursuivra pour les entreprises les plus touchées par la pandémie de Covid-19, comme c'est le cas dans le secteur du tourisme. Les résultats de la "mise à pied" sont très positifs ", a déclaré dans un message le responsable du gouvernement, également ministre des Finances.

Le modèle simplifié de suspension des contrats de travail au Cap-Vert est entré en vigueur le 1er avril, pour une période de trois mois (jusqu'à fin juin), couvrant les entreprises qui prétendent être affectées dans leur activité par la crise provoquée par la pandémie, selon le gouvernement.

«Le fait est que si les mesures ne sont pas prolongées à temps, il existe un risque que de nombreuses entreprises ferment leurs portes et conduisent au chômage de masse au Cap-Vert. C'est pourquoi le gouvernement s'emploie à étendre ce mécanisme au-delà du 30 juin, comme indiqué précédemment », a déclaré Olavo Correia.

Grâce à cette mesure gouvernementale, appliquée pour atténuer les effets de la crise économique causée par la pandémie de Covid-19, les travailleurs reçoivent 70% de leur salaire brut, qui sera payé à parts égales par l'employeur et l'État, par le biais de l'Institut national de la sécurité sociale (INPS).

«Nous nous dirigeons vers 14 000 travailleurs qui ont déjà été payés avec une contribution de l'INPS. Et si l'on tient compte du fait que le Cap-Vert compte environ 20 000 personnes travaillant dans le secteur du tourisme et que face à cette perturbation totale, jusqu'à présent, nous avons eu environ 1 160 processus d'indemnisation du chômage – cela signifie que le résultat est très positif » , a défendu le vice-Premier ministre.

Concernant l'extension de cette mesure, le responsable gouvernemental explique qu'il "finalise l'analyse" du nouveau modèle, dont "le format exact sera communiqué dans les prochains jours".

"Mais il y a une sécurité absolue dans la manière dont les entreprises les plus touchées bénéficieront du soutien du gouvernement afin que nous puissions protéger les personnes, en particulier les revenus, grâce à des mécanismes qui peuvent prévenir le chômage et, en particulier, le chômage de masse", a-t-il maintenu.

Olavo Correia fait valoir que «toutes les entreprises ne se trouvent pas dans les mêmes circonstances», «qu'elles ne peuvent donc pas être traitées de la même manière».

"Il y a ceux qui opèrent dans certains secteurs, notamment le tourisme, qui continueront à être fortement impactés et ces entreprises doivent et peuvent continuer à compter sur le plein soutien de l'Etat du Cap-Vert", a-t-il justifié.

Le Cap-Vert a accueilli un record de 819 000 touristes en 2019, un secteur qui représente environ 25% du produit intérieur brut du pays, mais l'archipel est fermé aux vols internationaux depuis le 19 mars, pour contenir la pandémie, un scénario qu'Olavo Correia a déjà admis auparavant, ce qui entraînera la perte d'un demi-million de touristes cette année.

Le Cap-Vert a enregistré une accumulation de 782 cas de covid-19 depuis le 19 mars, sept décès et 354 patients récupérés.

La pandémie de Covid-19 a déjà fait plus de 434 000 morts et infecté près de huit millions de personnes dans 196 pays et territoires, selon un rapport de l'agence française AFP.

La maladie est transmise par un nouveau coronavirus détecté fin décembre à Wuhan, une ville du centre de la Chine.

PVJ // JH