Selon les statistiques des comptes publics jusqu'en mai 2020, publiées aujourd'hui par la Banque centrale du pays, le déficit budgétaire nominal du Brésil en 12 mois est revenu à son niveau de décembre 2016, lorsque le gouvernement de Michel Temer a imposé un ajustement budgétaire sévère, poursuivi par l'actuel président, Jair Bolsonaro.

Toutes les économies réalisées depuis lors ont été perdues cette année, en quelques mois, en raison des effets économiques de la pandémie, puisque les mesures d'isolement social ont contraint l'État à multiplier ses dépenses pour offrir de l'aide aux entreprises et aux travailleurs, avec la paralysie des millions d'entreprises ont provoqué une baisse de la collecte des impôts.

La détérioration des comptes augmente avec l'aggravation de la pandémie dans le pays, qui est déjà le deuxième au monde avec plus de décès (58 314) et plus de cas (1 368 195) du nouveau coronavirus.

Selon la banque centrale, le solde négatif entre les revenus et les dépenses du secteur public brésilien au cours des 12 derniers mois jusqu'en mai est passé à 638,5 milliards de reais (environ 105 milliards d'euros), soit 8,82% du produit. Produit intérieur brut (PIB) du pays.

Ce pourcentage n'a pas été aussi élevé depuis décembre 2016, lorsque le déficit au cours des 12 mois de cette année, y compris les comptes du gouvernement fédéral, des administrations des États et des municipalités et des entreprises d'État, équivalait à 8,98% du PIB.

Depuis lors, et en raison des mesures strictes prises par Temer et Bolsonaro pour équilibrer les comptes, le déficit est progressivement tombé à l'équivalent de 7,80% du PIB fin 2017, à 7,09% en 2018 et 5,91 % en 2019, son plus bas niveau depuis 2013 (3,25% du PIB).

Temer (2016-2018) a gelé les dépenses publiques, principalement les ajustements salariaux pour les employés, et a approuvé un plafond pour l'augmentation du budget de l'État, qui ne peut être relevé au-dessus de l'inflation de l'année précédente.

Bolsonaro, pour sa part, a promu une politique économique néolibérale, basée sur des privatisations, des coupes budgétaires et des réformes structurelles, et a réussi à approuver une réforme controversée du système de paiement des retraites, qui permettra à l'État d'économiser environ 200 milliards d'euros dans 10 ans.

Avant de telles mesures, le déficit budgétaire du Brésil équivalait à 10,22% du PIB en 2015, un niveau auquel il pourrait revenir cette année, du fait de la crise provoquée par la nouvelle pandémie de coronavirus.

Selon les données publiées aujourd'hui, le déficit nominal du pays accumulé entre janvier et mai de cette année est passé à 366,1 milliards de reais (environ 60,3 milliards d'euros), un chiffre qui équivaut déjà à 12,60% du PIB . Au cours des cinq premiers mois de 2019, le déficit était équivalent à 5,36% du PIB.

Le ministère de l'économie admet que les comptes publics se clôtureront cette année sur un déficit record, du fait de la baisse des recettes et de la forte augmentation des dépenses publiques.

Selon ces prévisions, le déficit primaire de cette année (hors celui du paiement des intérêts sur les dettes) dépassera 600 milliards de reais (98,8 milliards d'euros), soit près de cinq fois l'objectif fixé par le gouvernement pour cette annee.

La forte baisse des revenus devrait refléter le recul d'environ 6,5% du PIB attendu pour cette année, du fait de l'arrêt des activités.

Rien qu'en mai, les revenus du gouvernement fédéral ont diminué de 32,92% par rapport au même mois l'an dernier. En avril, la baisse était de 28,95%.

La forte baisse des recettes est due à la fois à la baisse des impôts payés par les entreprises et aux exonérations fiscales et au report des versements que le gouvernement a accordés aux secteurs les plus touchés par la pandémie.

Par ailleurs, le gouvernement estime que les dépenses publiques de lutte contre la pandémie cette année s'élèveront à environ 700 milliards de reais (115,3 milliards d'euros), tant en investissements de santé qu'en subventions aux plus démunis.

La pandémie de Covid-19 a déjà fait plus de 505 500 morts et infecté plus de 10,32 millions de personnes dans 196 pays et territoires, selon un rapport de l'agence française AFP.

MYMM // SR

Covid-19: le Brésil a perdu trois ans d'efforts pour équilibrer les comptes en raison de la pandémie apparaît d'abord à Visão.