En outre, le nombre de patients gravement malades admis dans les unités de soins intensifs a continué de baisser, à 903, soit 30 patients de moins que ce qui avait été annoncé mercredi.

La région parisienne, ainsi que la Grande Est et les territoires d'outre-mer de Mayotte et de la Guyane représentent 73% des patients hospitalisés en ucis (unités de soins intensifs) en raison de la maladie provoquée par le nouveau coronavirus.

Au total, il y a 11 465 personnes infectées par covid-19 en France, moins par rapport aux 13 101 enregistrées la semaine dernière, et bien qu'il y ait eu 143 nouvelles confirmations en 24 heures, le nombre continue de diminuer quotidiennement.

Depuis le déclenchement de l'épidémie le 1er mars, 29 346 personnes sont mortes du virus. Parmi ceux-ci, 18 962 sont morts dans les hôpitaux, tandis que les autres sont morts dans les maisons, un nombre qui ne sera pas mis à jour par les autorités avant la semaine prochaine.

Aujourd'hui, le pays célèbre un mois du début progressif de l'enquête de confinement – instituée le 17 mars – et a informé ce mercredi que, malgré la circulation continue du virus, il n'y a pas eu de récidive épidémique, bien que 210 foyers aient été observés, dont la plupart sont maintenant inactifs et sous contrôle.

Le gouvernement français a fait appel à la responsabilité et à la prudence des citoyens, qui ont été instamment priés de rester vigilants et de respecter les règles de protection.

Par ailleurs, la France a annoncé aujourd'hui qu'elle maintiendrait les restrictions de circulation à la frontière espagnole jusqu'au 21 juin, en coordination avec les mesures imposées par Madrid.

Contrairement à la plupart des pays de l'Union européenne et de l'espace Schengen, qui s'apprêtent à rouvrir leurs frontières intérieures lundi, l'Espagne a expliqué la semaine dernière que les restrictions en place aux frontières du pays pour lutter contre la prolifération des la pandémie de covid-19 ne sera pas levée à cette date.

La décision est venue d'une conversation tenue aujourd'hui par les ministres de l'intérieur de la France et de l'Espagne sur le sujet.

"La situation à la frontière du franc espagnol reste jusqu'au 21 juin telle qu'elle est aujourd'hui, avec des restrictions dans les deux sens", a expliqué le dirigeant français, Christophe Castaner, tandis que son homologue espagnol, Fernando Grande-Marlaska a refusé d'indiquer une date exacte pour la levée des restrictions, se référant seulement à ce que "les prévisions restent pour le 1er juillet".

La frontière entre l'Espagne et le Portugal devrait également rester fermée jusqu'au 30 juin, bien que la Commission européenne ait soutenu aujourd'hui que les frontières intérieures de l'Union européenne devraient être rouvertes si possible dès lundi, compte tenu de l'évolution de la pandémie secrète. 19.

Interrogée sur le sujet, la commissaire suédoise Ylva Johansson a admis que, dans le cas du Portugal, cette recommandation est difficile à appliquer, mais a rejeté l'idée d'un manque de coordination, admettant que le Conseil des Affaires intérieures de l'UE la semaine dernière avait souligné de lever les restrictions internes jusqu'à la fin du mois, et qu'aujourd'hui encore, l'exécutif de la communauté a recommandé que cela se fasse plus tôt.

«Je comprends que lorsque nous recommandons la réouverture un jeudi lundi, c'est un délai très serré pour les gouvernements qui n'ont pas encore pris cette décision, je comprends cela. Mais on voit aussi que les Etats membres convergent beaucoup vers le 15 juin, d'où notre recommandation », a-t-il justifié.

ATR (SYL / ACC) // SF