Les montants facturés au Portugal ont baissé de 14,3% entre mars et décembre 2020 par rapport à la même période en 2019, pénalisés par la pandémie, avec les plus grosses pertes en Algarve, à Madère et dans la zone métropolitaine de Lisbonne, rapporte aujourd’hui l’INE.

«Entre mars et décembre 2020, la facturation a diminué de 14,3% en glissement annuel au Portugal, avec l’Algarve (-27,4%), la région autonome de Madère (-21,6%) et la zone métropolitaine de Lisbonne (-18,2%) ) », Déclare l’Institut national de la statistique (INE) dans une analyse de l’activité économique régionale dans le contexte de la pandémie de covid-19, basée sur les données du système de facturation électronique.

Selon l’INE, au Portugal et dans toutes les régions NUTS II, cette contraction a été plus accentuée (-18,9% au Portugal) de mars à juillet, période qui couvrait la phase de confinement associée aux premiers états d’urgence, que d’août à Décembre (-9,8%), où il y a eu une amélioration.

L’Algarve, bien qu’ayant été la région du pays avec des taux de variation annuels de la valeur de facturation la plus faible au cours des deux périodes de cinq mois analysées, se distingue pour avoir également été la région où la plus grande reprise s’est produite entre ces deux périodes: – 35,8% entre mars et juillet et -19,1% entre août et décembre, ce qui correspond à une baisse de 16,7 points de pourcentage.

Il faut également noter que plus de 70% de la baisse enregistrée au Portugal de mars à décembre 2020 était due à la baisse de la valeur de facturation dans les zones métropolitaines de Lisbonne (AML) et Porto (AMP).

L’analyse de l’INE montre également que, de mars à décembre 2020, les montants de facturation des «  activités d’hébergement  » et des «  activités artistiques, de divertissement, sportives et récréatives  » représentaient moins de la moitié du montant facturé sur la même période de 2019, avec une baisse de 66,5% et 50,6%, respectivement.

Avec une baisse du chiffre d’affaires de plus de 40%, la «restauration et activités assimilées» s’est également démarquée (-42,5%).

Dans une analyse régionale, on constate que dans 21 des 25 NUTS III, les «  activités d’hébergement  » ont également été la branche avec la plus forte contraction annuelle des revenus, les Açores se démarquant, avec des baisses supérieures à -70% (-74, 7%), la région métropolitaine de Porto (-74,5%), Madère (-73,3%), Médio Tejo (-72,5%) et la région métropolitaine de Lisbonne (-72,4%).

Les données de l’INE montrent que, dans les sous-régions NUTS III ayant la plus forte contraction d’une année sur l’autre du chiffre d’affaires – Algarve et la région autonome de Madère – les «  activités d’hébergement  » ont été les principaux contributeurs, représentant plus d’un quart de cette baisse .

Dans 14 des 25 NUTS III du pays, les «  activités industrielles  » sont celles qui ont le plus contribué à la baisse d’une année sur l’autre du montant régional facturé, neuf sous-régions se distinguant où plus de la moitié de l’année- la baisse sur un an de la valeur totale facturée de la région a entraîné une contraction de l’industrie: Ave (-5,6 points de -7,2%), Alentejo Litoral (-12,3 points de -17,4%), Aveiro (-8,0 points de -11,6%) , Viseu et Dão Lafões (-4,3 points de -7,0%), Tâmega e Sousa (-5,2 points de -9,0%), Alto Minho (-5,6 points de -10,2%), Beira Baixa (-2,7 points de -5,1%) ), Cávado (-4,4 points contre -8,6%) et Beiras e Serras da Estrela (-4,1 points contre -8,1%).

Au cours de la période sous revue, l’INE signale six sous-régions du nord du pays – Ave, Tâmega et Sousa, Cávado, la région métropolitaine de Porto, Alto Tâmega et Trás-os-Montes – comme ayant présenté «les performances de la facturation montant moins négatif dans le contexte de la pandémie », ce qui suggère que« l’effet de la pandémie ne s’est pas fait sentir aussi fortement dans la diminution du montant facturé dans ces sous-régions ».

Selon l’institut de statistique, reliant le taux de variation annuel de la facturation entre mars et décembre 2020 au nombre de cas confirmés de covid-19 pour 100 mille habitants au niveau des sous-régions NUTS III, seules ces six sous-régions , tous dans la région Nord, «ils ont présenté simultanément un nombre de cas confirmés pour 100 mille habitants supérieur à la valeur du pays et une réduction de la valeur facturée inférieure à celle du pays».

Dans le pôle opposé, l’Algarve, la région autonome de Madère, l’Alentejo Litoral et la LMA présentaient un nombre de cas confirmés inférieurs à la moyenne du pays, mais une contraction du montant facturé relativement plus accentuée.

PD // MSF