A partir de mardi à minuit, Budapest introduira un système tricolore et les habitants des pays classés "zone rouge" ne seront pas autorisés à entrer dans le pays d'Europe centrale, jusqu'à nouvel ordre.

«Nous devons préserver notre sécurité afin que le virus ne soit pas introduit. Les taux d'infection parmi nous sont faibles et nous voulons qu'ils restent ainsi », a déclaré à la presse Gergely Gulyas, chef de cabinet du Premier ministre Viktor Orban dans la capitale.

Les pays africains et asiatiques, à l'exception de la Chine et du Japon, sont concernés par cette nouvelle mesure.

En Europe, elle affecte l'Albanie, la Bosnie, la Macédoine du Nord, le Kosovo, la Biélorussie, le Monténégro et l'Ukraine.

Les résidents hongrois de ces destinations seront autorisés à retourner dans le pays, mais doivent subir un test de dépistage obligatoire pour le nouveau coronavirus et une quarantaine obligatoire de deux semaines, a déclaré Gulyas.

Le système de classification comprend également des zones oranges et vertes. Les voyageurs de la catégorie orange doivent se limiter s'ils n'obtiennent pas de test de dépistage négatif du coronavirus dans les cinq jours suivant leur arrivée.

Cette catégorie comprend la Bulgarie, le Portugal, la Suède, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Norvège, la Serbie, la Russie, les États-Unis, la Chine et le Japon.

Aucune restriction n'a été imposée aux transactions avec les autres pays classés en zone verte.

La Hongrie, pays membre de l'Union européenne avec 9,8 millions d'habitants, a officiellement enregistré, jusqu'à aujourd'hui, 4 234 cas d'infection par le nouveau coronavirus et 595 décès dus à l'épidémie.

La semaine dernière, invoquant un risque pour la santé, le Premier ministre a annoncé que Budapest ne suivrait pas une recommandation de l'Union européenne visant à lever les restrictions de voyage liées au coronavirus, vers plus de pays en dehors de l'Union.

L'assouplissement des restrictions aux frontières de l'Union, annoncé le 30 juin, a été laissé à l'appréciation des États membres et vise à aider le secteur du tourisme du continent, affecté par la baisse du flux international de passagers, en raison des restrictions adoptées pour tenter de contenir la pandémie. .

La pandémie de Covid-19 a déjà fait plus de 565 000 morts et infecté plus de 12,74 millions de personnes dans 196 pays et territoires, selon un rapport de l'agence française AFP.

Au Portugal, 1 660 personnes sont mortes sur 46 512 confirmées infectées, selon le dernier bulletin de la direction générale de la santé.

Après que l'Europe a succédé à la Chine comme centre de la pandémie en février, le continent américain est désormais celui qui compte le plus de cas confirmés et le plus de décès.

AH // ROC