Environ 80% des propriétaires et gérants de logements de proximité (LA) ont enregistré une baisse de leur chiffre d'affaires de plus de 75% au cours du deuxième trimestre 2020, par rapport à la même période de l'année précédente, révèle aujourd'hui une étude ISCTE.

C'est l'une des conclusions de l'enquête menée auprès de 868 titulaires et gestionnaires d'AL dans le pays, promue par DINÂMIA'CET – Centre d'études sur le changement socio-économique et le territoire, de l'ISCTE – Instituto Universitário de Lisboa.

Selon les données collectées, les régions les plus touchées ont été Lisbonne et Porto, avec respectivement une baisse de 93% et 87% des revenus, suivies de l'Algarve, avec une perte de 68%.

En dehors des grands centres urbains, 56% des ménages ont enregistré 75% de revenus en moins, mais 13% disent avoir réussi à conserver les chiffres de l'année précédente voire à les augmenter.

«Les régions en dehors des grands centres, malgré la perte, ont été les plus résistantes grâce à la croissance du tourisme et de la mobilité interne motivée par les craintes de contagion et par la recherche de territoires à plus faible densité de population et plus liés à la nature», a-t-il souligné, dans communiqué, la coordinatrice de l'étude et professeur à l'ISCTE, Sandra Pereira.

"Porto et surtout Lisbonne ont enregistré des pertes de revenus plus importantes en raison de la pandémie et de la réduction du tourisme international", a-t-il ajouté.

Une autre question abordée par l'enquête était liée à la dépendance financière des propriétaires et des gestionnaires des unités LA, 40% indiquant que les revenus de ces espaces représentent plus de la moitié des revenus de leur ménage et 38% déclarant qu'ils n'avaient pas d'autre profession.

Quant aux perspectives pour les mois à venir, 46% des personnes interrogées estiment que la situation reviendra aux niveaux pré-pandémique dès l'année prochaine, 28% pensent qu'il est possible de revenir à la normale à partir de 2022 et 12% ont exprimé plus de pessimisme et ne l'ont pas fait. estime que la situation reviendra à ce qu'elle était.

Malgré les perspectives, 74% des propriétaires ont l'intention de continuer avec l'AL à court terme au moins jusqu'à la fin de 2020.

La principale alternative, en particulier à Porto et à Lisbonne, est la LA à moyen terme.

17% pensent déjà opter pour un bail à long terme sur le marché privé.

«La résistance au crédit-bail à long terme a plusieurs raisons qui peuvent se chevaucher: la baisse des revenus; le manque de confiance dans l'État et dans la législation sur la location; des raisons liées à la vie personnelle (possibilité de profiter d'un logement ou peur de perdre une occupation rémunératrice) ou les spécificités des propriétés qui ne sont pas adaptées à la location à long terme perte de licence AL ou plus-value de désaffiliation; le maintien des propriétés ou des motivations liées à l'engagement temporel de cette solution, qui ne permet pas un éventuel changement de plans », a conclu le coordinateur de l'étude.

En ce qui concerne le profil des propriétaires et des gestionnaires de LA, l'étude a noté que 65% ont entre 40 et 60 ans.

On note également une prédominance des propriétaires uniques (69%) et des propriétaires / gérants avec une seule LA (50%; 27% avec deux à trois).

L'Algarve, en revanche, a l'âge moyen le plus élevé, avec 58 ans.

Pour Sandra Marques Pereira, «l'âge moyen élevé peut soulever des interrogations sur la capacité de reconversion professionnelle / professionnelle de certaines de ces personnes ou sur la reconversion de leurs sources de revenus».

Un autre fait pertinent – «important, notamment en termes de politiques publiques pour le secteur» – est la «faible proportion de jeunes, n'ayant plus accès au logement que les générations précédentes, pour qui cet accès aura été, notamment dans le contexte la valorisation immobilière, un instrument pour surmonter les difficultés et / ou améliorer les revenus », a déclaré le coordinateur de l'étude.

MPE // EA

Le contenu Covid-19: l'hébergement local avec des pertes de facturation supérieures à 75% au 2ème trimestre apparaît en premier à Visão.