Jorge Costa, Portugais, résidant au Portugal, est parti il ​​y a environ un an au Brésil « pour s’occuper de questions personnelles » et a été surpris par l’annulation de vols alors qu’il comptait rentrer.

Vivant avec des proches, Costa a cependant refusé de payer les 890 euros par billet demandés aux personnes figurant sur la liste pour le vol de rapatriement de samedi.

Le voyage qu’elle a effectué au Brésil, il y a environ un an, «devait avoir lieu en 2013 en 2020», date à laquelle la fille de la femme finirait ses études secondaires au Brésil et pourrait entrer à l’université au Portugal, a-t-elle déclaré.

«Ma femme s’est débarrassée de tout, de chez elle, en voiture», durant cette année, pour pouvoir s’installer au Portugal avec sa fille.

Jorge Costa est allé les aider et finalement tous les trois ont pu vivre à Viseu, où il vit. Ce qu’ils ont gardé pour le Portugal se trouve dans six sacs de 23 kilos chacun. Tout était prêt, car il était censé voyager, en février, avec les billets achetés à la compagnie aérienne Azul, «à des prix raisonnables».

Les vols vers le Portugal ayant été annulés, Costa a fait appel au consulat de Brasilia, ville où il se trouve toujours avec sa famille au domicile de parents qui l’aident.

Au consulat, il a été inscrit sur les listes pour un éventuel vol de rapatriement depuis l’État portugais. Mais, il a garanti qu’il était déjà conseillé à l’époque de trouver des itinéraires alternatifs. « Parce qu’il y avait déjà une liste de 70 personnes pour le vol, qui étaient malades et sans ressources », a-t-il expliqué.

« Les citoyens portugais résidant au Portugal, qu’ils soient riches ou pauvres, quel que soit l’état dans lequel ils se trouvent, ont le droit d’entrer au Portugal sans entrave, et doivent faire le tour du monde » pour retourner dans leur pays, a-t-il défendu.

Les seules alternatives dont il dispose actuellement « sont Swissair et Air France », a-t-il souligné, « à des prix moins chers que chez TAP ».

Quelques jours plus tard, il a été contacté par la TAP, qui a déclaré: «Vous êtes ici sur la liste de rapatriement et c’est 890 euros», a-t-il rappelé.

À ce moment-là, Jorge Costa a déclaré qu’il se sentait indigné. « L’Etat portugais couvre les yeux des Portugais en disant qu’il aide ses concitoyens et n’aide en rien », a-t-il déclaré lors de la conversation téléphonique avec Lusa.

«L’État portugais veut bien paraître en photographie, quand il s’agit d’un vol commercial, gagner de l’argent grâce au désespoir des gens», a-t-il critiqué. C’est pourquoi j’ai «nié», a-t-il dit.

Et, quant à TAP, il a demandé: «Pourquoi es-tu en crise, mais tu ne fais rien pour gagner de l’argent?». «Pourquoi n’ai-je pas pu transférer le billet acheté d’Azul à TAP?», A-t-il demandé. « Je ne veux pas d’un vol gratuit, je veux un vol à un prix raisonnable », at-il souligné.

« Pourquoi d’autres entreprises gagnent-elles, au lieu de TAP? », A-t-il demandé à nouveau, notant que les services consulaires eux-mêmes lui avaient suggéré de rechercher d’autres alternatives.

« Alors pourquoi se fait-il qu’au lieu d’un vol commercial, ils n’en font pas deux ou trois, à un prix équitable, et tout le monde, qui s’est avéré être un citoyen portugais? », A-t-il conclu.

«Ce qui se passe est honteux. La TAP demande 890 euros pour chaque billet São Paulo-Lisbonne, sur un vol qui a été annoncé par le gouvernement portugais comme rapatriement et humanitaire », a déclaré à Lusa un inspecteur de la police judiciaire du Département des enquêtes criminelles de Lusa. Setúbal , qui a uniquement demandé à ne pas être révélée pour des raisons professionnelles.

Pour l’inspecteur, « c’est d’autant plus honteux que l’argent que l’Etat injecte dans la TAP sera payé par tous » les « citoyens portugais ».

Ce Portugais est arrivé le 2 janvier au Brésil, pour les vacances annuelles habituelles en famille aux côtés de la femme, qui est brésilienne, accompagnée de sa femme et de sa fille. Tous ont voyagé avec la compagnie aérienne Azul et avaient une date de retour prévue pour le 29 janvier, car l’inspecteur devait se présenter au service le 1er février.

Désormais, il fait partie des Portugais retenus au Brésil qui ont refusé de payer 890 euros pour chaque billet. Avec sa femme, double nationalité (brésilienne et portugaise) et sa fille, l’inspecteur PJ figurait sur la liste de contacts du consulat pour un éventuel vol de rapatriement.

S’adressant à Lusa, au téléphone, de la ville brésilienne de Curitiba, il a dit qu’il avait le soutien des membres de la famille de la femme, «parce que sinon je ne pourrais plus supporter les dépenses». Là, il a été contacté à quelques reprises par la représentation consulaire portugaise et cette semaine, il a reçu le dernier appel pour l’informer qu’il allait être contacté par TAP, car la famille pouvait prendre place sur le vol.

«TAP m’a contacté mais m’a demandé 890 euros par billet et je devrais encore supporter les frais d’ici [de Curitiba] à São Paulo, parce que le vol «soi-disant» de rapatriement quitte São Paulo », a-t-il expliqué, indigné.

« J’ai abandonné et je vais devoir attendre, dans une situation compliquée, qu’il y ait un vol Azul », dont le dernier rendez-vous est pour la mi-mars, a-t-il conclu.

Le 17 février, le ministre d’État et des Affaires étrangères, Augusto Santos Silva, a annoncé le rapatriement des Portugais qui se trouvent au Brésil et qui doivent rentrer au Portugal pour des «raisons humanitaires».

Le 27 janvier, le gouvernement a suspendu les vols à destination et en provenance du Brésil entre le 29 janvier et le 14 février, une mesure de «dernier recours», qui a déjà été prolongée, et dont Santos Silva a admis qu’elle était nécessaire compte tenu de la «situation très difficile» au Portugal. en relation avec la pandémie de covid-19.

La pandémie de covid-19 a causé au moins 2 498 003 décès dans le monde, résultant de plus de 112,5 millions de cas d’infection, selon un rapport de l’agence française AFP.

Le Brésil a enregistré 251 498 décès, sur un total de 10 390 461 cas confirmés, pratiquement un an après l’arrivée de la pandémie dans le pays, selon le ministère de la Santé.

Au Portugal, 16 185 personnes sont décédées des 801 746 cas confirmés d’infection, selon le dernier bulletin de la direction générale de la santé.

La maladie est transmise par un nouveau coronavirus détecté fin décembre 2019 à Wuhan, une ville du centre de la Chine.

ATR // LFS

Le contenu du Covid-19: les Portugais détenus au Brésil se plaignent des coûts du vol TAP et critiquent le gouvernement apparaît en premier à Visão.