S’adressant aux journalistes au siège du CDS-PP à Lisbonne, à l’issue d’une vidéoconférence avec le président de la République, le dirigeant démocrate chrétien a déclaré que la situation pandémique « est encore assez sensible » et que « des mesures sont encore nécessaires restrictives », ainsi le parti votera «en faveur de l’état d’urgence».

Francisco Rodrigues dos Santos a défendu que le gouvernement « devrait commencer à planifier un manque de définition, similaire à ce que le gouvernement anglais a fait, qui a prévu entre le 8 mars et le 21 juin, toutes les règles et leur évolution pendant cette période ».

«Le CDS demande au gouvernement de disposer d’un calendrier transparent et prévisible sur l’évolution des règles de santé publique au cours des trois prochains mois, afin qu’une déconfusion progressive et graduelle puisse commencer dans les domaines de l’éducation, des contacts sociaux, des affaires et des activités, lors d’événements et aussi en voyage », a souligné le président du CDS-PP, arguant que ce calendrier« est fondamental pour apporter sécurité, tranquillité, espoir et prévisibilité aux familles, entrepreneurs et travailleurs ».

Le dirigeant centriste a également demandé au gouvernement de «définir des indicateurs objectifs qui permettent l’absence de définition», tels que le taux de transmission, le nombre de personnes infectées ou les lits occupés dans les hôpitaux, arguant que «le succès» de la réouverture «dépend essentiellement sur ce que le gouvernement doit pouvoir faire et se préparer à contrôler la pandémie », et avertissant qu ‘« il n’est pas possible pour le gouvernement de constamment commettre les mêmes erreurs ».

« Il n’est pas acceptable que le pays passe de l’enfermement à l’emprisonnement parce que le gouvernement est incapable de planifier la déconfination avec rigueur et clarté, émettant des signaux clairs et non contradictoires », a-t-il souligné, préconisant également « un plan de test de masse » et un renforcement des «équipes de traqueurs de santé publique».

Francisco Rodrigues dos Santos a défendu qu ‘«il est possible de commencer à préparer le manque de définition dans certains secteurs, comme les coiffeurs et les barbiers», mais aussi les écoles, «pour les élèves jusqu’à 12 ans», et a insisté sur le respect de la ordinateur à chaque élève.

Anticipant que l’économie « continuera à traverser une période de grandes difficultés », le dirigeant centriste a appelé à la mise à disposition de plus de fonds, demandant également « plus de rapidité et moins de bureaucratie dans l’attribution du soutien aux entreprises ».

Le président du CDS-PP a déclaré que l’autre des questions discutées avec le président de la République était celle de l’euthanasie, un diplôme qui a été envoyé à la Cour constitutionnelle, avec Francisco Rodrigues dos Santos insistant sur le fait qu’une «tentative de condition ou d’intimidation peut être en cours »de ce tribunal mais étant convaincu que les jugements de Ratton Palace« ne seront pas soumis à des pressions ou conditionnés »par des commentaires ou des nouvelles.

Le président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa, écoute aujourd’hui IL, Chega, PEV, PAN, CDS-PP et PCP sur le renouvellement de l’état d’urgence, en auditions par visioconférence, à partir de 14h30.

Mercredi, ce sera au tour du BE, du PSD et du PS et, un jour plus tard, le parlement se réunira pour débattre et approuver le probable renouvellement de l’état d’urgence, qui entrera en vigueur entre le 02 et 16 mars et le sera 12. ª déclaration sur la situation actuelle de la pandémie de covid-19.

La période en cours se termine à 23 h 59 le lundi suivant, le 1er mars.

Au Portugal, plus de 16 mille patients sont décédés du covid-19 et à ce jour plus de 799 mille cas d’infection par le nouveau coronavirus responsable de cette maladie ont été signalés, selon la direction générale de la santé.

FM (SF / IEL)