La proposition que l'exécutif communautaire soumet au Conseil prévoit qu'il existe des critères communs pour que les États membres adoptent des restrictions de voyage, une cartographie de ces critères communs à l'aide d'un code couleur convenu entre 27, un cadre commun de mesures appliquées aux voyageurs en provenance de régions une information à haut risque, claire et opportune au public sur toute restriction, qui doit être annoncée une semaine à l'avance.

«Nous sommes tous dans une situation où nous sommes dans une zone rouge ou orange ou verte ou autre, et soudain la zone où nous sommes change de couleur. Les citoyens, les résidents et les hommes d'affaires ont besoin d'un certain degré de certitude, ils doivent être informés d'éventuelles restrictions dans le temps, et ils ne doivent pas être pris au dépourvu lorsqu'ils sont déjà en voyage (…) Nous devons éviter un kaléidoscope de mesures », a déclaré le commissaire à l'intérieur , Ylva Johannsson, lors d'une conférence de presse.

La Commission souligne également la nécessité d'appliquer des mesures restrictives de la même manière, sans discrimination de nationalité, après avoir à nouveau critiqué la décision de la Hongrie de fermer ses frontières à tous les citoyens étrangers, même les citoyens de l'UE, à l'exception des citoyens de la République La République tchèque, la Slovaquie et la Pologne, ses partenaires du soi-disant «groupe de Visegrad», qui a déclaré espérer le voir révoqué «rapidement», une fois la proposition de Bruxelles adoptée par le Conseil.

En ce qui concerne l'adoption de critères communs, la Commission souligne qu '"il existe actuellement un écart important entre les critères nationaux pour l'introduction de mesures restreignant la libre circulation dans l'Union européenne", et propose donc que chaque État membre prenne en compte une série de critères lors de l'introduction de mesures restrictives.

La proposition prévoit que le nombre total de cas de covid-19 nouvellement notifiés pour 100000 dans une zone donnée au cours d'une période de 14 jours sera alors pris en compte, le pourcentage de tests positifs de tous les tests de covid-19 effectués dans une zone donnée pendant une période donnée. période de sept jours, et le nombre de tests effectués par 100 000 personnes dans une zone donnée sur une période de sept jours.

Les États membres sont tenus de fournir ces données chaque semaine au Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC).

La Commission propose également que, dans le cas où un État membre a un taux de dépistage hebdomadaire supérieur à 250 pour 100000 personnes, les pays de l'Union ne restreignent pas la libre circulation des personnes voyageant d'un autre État membre où le nombre total des cas positifs signalés dans une zone donnée est inférieur à 50 pour 100 000 personnes sur une période de 14 jours, ou lorsque le pourcentage de tests positifs de tous les tests covid-19 dans une zone donnée est inférieur à 3%.

Quant au code couleur commun, Bruxelles propose qu'il appartienne à l'ECDC de publier une carte, à mettre à jour chaque semaine, dans laquelle les régions doivent avoir l'une des quatre couleurs suivantes: vert, orange, rouge et gris.

L'exécutif de la communauté propose le vert pour les zones où le nombre total de cas de covid-19 récemment notifiés est inférieur à 25 sur une période de 14 jours et le pourcentage de tests positifs de tous les tests est inférieur à 3%.

L'orange serait pour une zone où le nombre total de cas positifs est inférieur à 50 sur une période de 14 jours, mais le pourcentage de tests positifs de tous les tests est de 3% ou plus, ou le nombre total de cas positifs est trouvé entre 25 et 150, mais le pourcentage de tests positifs de tous les tests est inférieur à 3%.

Bruxelles fait valoir que les zones où le nombre total de cas est supérieur à 50 sur une période de 14 jours et le pourcentage de tests positifs de tous les tests effectués devraient être de 3% ou plus ou le nombre total de cas devrait être mis en rouge. à 150 pour 100 000 habitants sur une période de 14 jours.

Enfin, il suggère la couleur grise dans les cas où les informations disponibles sont insuffisantes pour évaluer les critères proposés par la Commission, ou lorsque le nombre de tests effectués pour 100 000 personnes est inférieur à 250.

En ce qui concerne les voyageurs en provenance de «zones à haut risque», la Commission fait valoir qu’aucun État membre ne devrait interdire l’entrée des citoyens de l’UE, mais exiger plutôt que les personnes soient mises en quarantaine ou, de préférence, effectuent un test à leur arrivée.

En présentant cette proposition de recommandation au Conseil (États membres), qui devrait l'adopter "dans les semaines à venir", la Commission rappelle que l'objectif principal est de préserver ce qui est "l'une des réalisations les plus chères de l'Union européenne", ainsi que un «moteur important» de l'économie européenne, la libre circulation.

ACC // ANP

Le contenu de Covid-19: Bruxelles propose des règles communes et coordonnées sur les restrictions de voyage apparaît en premier dans Vision.