La Commission du marché des valeurs mobilières (CMVM) analyse la relation entre Prisa et Pluris, propriété de l'homme d'affaires Mário Ferreira, et l'impact sur la structure de contrôle de Media Capital, a déclaré aujourd'hui une source officielle à Lusa.

Contactée par Lusa, la source officielle de la CMVM a déclaré qu '«elle a analysé, dans le cadre de la demande de contournement de la présomption d'action concertée entre Prisa et Pluris, la nature de la relation entre ces actionnaires et la répercussion respective sur la structure de contrôle de la société. Media Capital, étant pertinent, aux fins de son analyse et de sa décision, toutes les circonstances qui reflètent la responsabilité de la prise de décision ».

Le 14 mai, l'homme d'affaires Mário Ferreira a racheté 30,22% de Media Capital, via Pluris Investments, dans le cadre d'une opération réalisée par transfert en bloc d'actions pour 10,5 millions d'euros.

"La CMVM continuera d'analyser cette situation afin de prendre position sur la question dans un proche avenir", a conclu la même source.

Le 15 mai, dans un communiqué adressé à la CMVM au sujet de la participation qualifiée de Pluris Investments dans Media Capital et du pacte d'actionnaires conclu avec Vertix, la société de Mário Ferreira a déclaré que «le moment venu, il sera exigé (…) la présomption prévue au no. 4 du même article, puisque l'accord n'aboutit à aucun mécanisme de concertation entre Pluris et Vertix visant à attribuer, ou permettre l'attribution, le pouvoir d'exercer une influence dominante, effective ou potentielle, sur l'entreprise investie ».

L'Entité de régulation de la communication sociale (ERC) analyse également les changements dans la structure de l'actionnariat de TVI.

Vendredi, l'ERC a signalé que, "ayant pris connaissance des changements pertinents dans la structure de TVI, il évalue la portée des changements et la configuration possible d'un nouveau poste".

Il a ajouté que, "sous analyse, est la possible modification non autorisée du domaine, qui implique une infraction administrative et peut donner lieu à la suspension de la licence ou de la responsabilité pénale, compte tenu de l'article 72 de la loi sur la télévision et les services audiovisuels a Demande".

Compte tenu de «l'enquête rigoureuse à mener, l'ERC ne manquera pas de s'assurer du strict respect de la loi et de rétablir la légalité s'il constate qu'elle a été violée», lit-on dans la note du régulateur.

Vendredi également, Lusa a adressé un certain nombre de questions au régulateur des médias, notamment si l'ERC avait été informé de l'entrée de l'homme d'affaires Mário Ferreira dans la structure actionnariale du propriétaire Media Capital.

Cependant, lundi, Lusa a demandé au CER des éclaircissements sur la raison de la référence à l'article 72 de la loi sur les services de télévision et d'audiovisuel à la demande.

Dans une réponse écrite, le régulateur des médias a déclaré lundi à Lusa que, "suite à ce contact et au précédent contact, (…) il n'a rien à ajouter pour le moment sur les changements dans la structure de TVI", réitérant que la "question est examinée au titre de l'article 72".

Cet article concerne l'activité télévisuelle illégale, dont le point 1 stipule que «quiconque exerce une activité télévisuelle sans être légalement qualifié pour le faire est puni d'une peine d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à trois ans ou d'une amende pouvant aller jusqu'à 320 jours».

Les dispositions du paragraphe 1 sont particulièrement applicables dans le cas, selon le paragraphe a), de «l'exercice de l'activité par une entité autre que celle qui était autorisée ou autorisée», indique la loi.

Media Capital est détenu à 64,47% par Vertix SGPS (64,47%), Pluris Investments à 30,22%.

NCG Banco détient 5,05%, dont le capital dispersé est la bourse («free-float») est de 0,26%.

ALU // JNM

Le contenu de la CMVM analyse la relation entre Prisa et Mário Ferreira et l'impact sur le contrôle de Media Capital apparaît d'abord dans Visão.