Le Festival d’Almada « revient à son format traditionnel » entre le 4 et le 18 juillet, réparti sur neuf scènes entre Almada et Lisbonne. Le programme de la 39e édition, annoncé aujourd’hui lors d’une conférence de presse à Almada, comprend 20 spectacles, dont sept portugais et 13 internationaux.

Parmi les productions internationales, on retrouve « des spectacles de créateurs étrangers de premier plan, comme le nord-américain Robert Wilson [anunciado em maio]le Suisse Christoph Marthaler, l’Allemand Thomas Ostermeier ou le Belge Wim Vandekeybus ».

Robert Wilson apporte au Festival d’Almada une nouvelle version de la pièce « J’étais assis sur ma terrasse, ce type est apparu, je pensais que j’hallucinais », créée en 1977 avec Lucinda Childs.

La nouvelle version, présentée en 2021 au Festival d’Automne de Paris, sera interprétée par l’acteur allemand Christopher Nell et la danseuse australienne Julie Shanahan.

Christoph Marthaler présentera « Aucune idée », un spectacle « conçu pendant la période de confinement, et basé sur sa complicité artistique avec le prodigieux acteur écossais Graham F. Valentine ».

Thomas Ostermeier reprend Almada « ödipus », un spectacle dans lequel il « revisite le mythe d’Œdipe dans une version de la dramaturge Maja Zade se déroulant dans l’Athènes contemporaine ».

Wim Vadekeybus présentera « Les mains ne touchent pas ton précieux moi », une création dans laquelle le chorégraphe belge collabore avec le sculpteur français Olivier de Sagazan, « qui joue sur scène une figure d’argile faite avec son propre corps ».

« Les metteurs en scène Dorothée Munyaneza (du Rwanda) et Nadège Prugnard (de France) signent deux créations dans le cadre de la saison Portugal-France Cruzada 2022. La compagnie de théâtre Almada crée la « Twelfth Night » de Shakespeare, mise en scène par Peter Kleinert, et la nouvelle le cirque sera également de la partie avec la présentation de la troupe française Baro d’Evel et de l’anglaise Gandini Juggling », annonce l’organisation.

La 39e édition est également marquée « par le retour de créateurs et d’entreprises qui au fil des années ont noué des relations avec le public du festival », comme l’acteur italien Ascanio Celestini, le groupe allemand Familie Flöz, l’acteur espagnol Ángel Ruiz, le groupe madrilène La Tristura et le duo Azkona&Tolosa.

Les spectacles portugais qui font partie du programme « sont représentatifs de plusieurs générations de créateurs et de compagnies de théâtre portugais », avec Carlos Avilez (Teatro Experimental de Cascais), Jorge Silva (Teatro dos Aloés), António Pires (Teatro do Bairro), Marco Martins (Arena Ensemble), Pedro Carraca (United Artists) et Rita Calçada Bastos.

Carlos Avilez présente « I am my own woman », de Doug Wright, « l’un des textes les plus primés de la fiction nord-américaine de ces dernières années », Jorge Silva met en scène « l’une des pièces les plus célèbres » d’Edward Albee, « Em casa, au zoo », António Pires restitue une création créée au Convento do Carmo l’année dernière, « Sonho », de Strindberg, et Marco Martins aborde dans « Selvagem » la tradition des masques dans les fêtes païennes du sud de l’Europe, en les juxtaposant côté les cultures de Trás-os-Montes et de la Sardaigne.

Pedro Carraca, dans « Taco a taco », aborde le thème du « harcèlement », à partir de l’univers des auteurs écossais Kieran Hurley et Gary McNair, et Rita Calçada Bastos, dans « Si j’étais Nina », « spécule sur les relations entre fiction et réalité, inventant une Nina, le célèbre personnage de Tchekhov, prisonnier dans un théâtre ».

Outre les spectacles, le programme du festival comprend des expositions, dont l’une est consacrée au scénographe José Manuel Castanheira, personne honorée dans cette édition, des rencontres avec des créateurs et des concerts de World Music, tous les jours et en entrée libre, sur l’esplanade de Escola D .Antonio da Costa.

Le festival aura lieu au Théâtre Municipal Joaquim Benite, à la Grande Scène de l’École D. António da Costa, au Forum Romeu Correia, au Théâtre-Studio António Assunção et Incrível Almadense, à Almada, et au Centre Culturel de Belém et D. Maria II Théâtre National, à Lisbonne.

Le programme complet du 39e Festival de Almada peut être consulté « en ligne ».

JRS // TDI