La recommandation, sans force de loi, prie instamment le gouvernement de retirer "le nom du général Humberto Delgado de la toponymie de l'aéroport de Lisbonne" et d'attribuer "à cet aéroport le nom de la chanteuse de fado Amália Rodrigues, l'un des plus grands noms de la culture portugaise".

Si elle était vivante, la chanteuse de fado aurait célébré mercredi 100 ans.

En 2016, le gouvernement précédent (également dirigé par António Costa) a décidé d'honorer le «Général sans peur» et a attribué son nom à l'aéroport de Portela d'alors.

Pour justifier ce changement, le député de Chega cite une nouvelle d'El País, fin juin, qui déclare que l'organisation terroriste luso-espagnole DRIL était responsable, en 1960, du meurtre d'un enfant de 20 mois à São Sebastião (País Basque) initialement attribué à l'ETA.

Le DRIL (Iberian Revolutionary Liberation Directory) était une organisation révolutionnaire soutenue par Fidel Castro (dictateur communiste cubain) qui a agi entre 1959 et 1964 dans le but de renverser les dictatures d'António Salazar (Portugal) et de Francisco Franco (Espagne).

Les dirigeants de cette organisation étaient le Portugais Humberto Delgado – militaire qui incarnait la principale tentative de renversement de Salazar, à travers des élections, qu'il a perdu en 1958 – et Henrique Galvão – célèbre pour avoir détourné le chargeur portugais Santa Maria, plein de passagers, dans 1961.

«Étant donné que ces informations sont vraies, Chega fait valoir que le nom du général Humberto Delgado devrait être retiré de la toponymie de l'aéroport de Lisbonne, car il n'est pas acceptable qu'un homme responsable de la mort d'un enfant innocent nomme le principal aéroport du pays lors de son arrivée. , soulignons, d'une action terroriste », souligne le chef de la démission dans le projet de résolution qui est entré au Parlement vendredi.

Ventura considère que «bien que la lutte pour renverser les régimes soit louable, il est absolument intolérable d'accepter que le général Humberto Delgado continue de nommer l'aéroport de Lisbonne» et fait valoir que ces faits provoquent «un sentiment d'embarras».

Selon l'enquête d'El País, à trois jours du 60e anniversaire du crime, un "document de police sans précédent" confirme que le "groupe terroriste portugais" était l'auteur du meurtre survenu le 27 juin 1960, initialement attribué à ETA, une organisation terroriste qui a combattu pour l'indépendance du Pays basque espagnol, mais qui n'a commencé ses activités qu'en 1961.

Le document de police précise que, lorsque l'attaque a été commise, des soupçons sur sa paternité sont tombés sur DRIL, qui, le 18 février 1960, quelques mois plus tôt, avait fait exploser quatre bombes à différents endroits de Madrid.

Une autre enquête du Mémorial des victimes du terrorisme avait déjà conclu que Guillermo Santoro, un activiste de DRIL, était celui qui avait placé la bombe à la gare d'Amara (São Sebastião) dont l'explosion a tué Begona Urroz, 20 mois, le 27 juin. 1960.

L'auteur ou les auteurs de cette opération n'ont jamais été arrêtés ni jugés et ont fini par bénéficier d'une amnistie en 1977.

FM (FPB) // MLM

Le contenu Chega propose de changer le nom de l'aéroport de Lisbonne en Amália Rodrigues apparaît d'abord à Visão.