«Nous sommes très préoccupés par la question du SIRESP et très préoccupés par le fait que c’est toujours au moment où ces questions sont discutées, à savoir, près d’une période d’incendies plus dangereuse et nous commençons à réaliser que, encore une fois, il y a des problèmes avec SIRESP », A déclaré Catarina Martins.

Le chef du Bloco de Esquerda s’est entretenu avec des journalistes à Viseu, en marge d’une séance plénière avec des sapeurs forestiers, à propos de l’annonce du président d’Altice Portugal, Alexandre Fonseca, que sans un nouveau contrat l’entreprise ne serait pas en mesure de maintenir SIRESP et a réitéré que le service cessera le 30 juin, si rien ne change.

«En 2018, Bloco de Esquerda a proposé que le SIRESP soit nationalisé, c’est-à-dire que cela n’a aucun sens qu’il s’agisse d’un partenariat public-privé (PPP), cela n’a aucun sens qu’une entreprise privée dispose de l’infrastructure fondamentale pour les communications du pays. , à la sécurité du pays », a-t-il dit.

Selon lui, «cela doit être un travail de souveraineté, cela a à voir avec la sécurité du pays et, par conséquent, il doit être public» et a souligné que personne ne veut entendre à nouveau ce qui a été entendu en 2017, que le SIRESP n’a pas travail, lors de l’incendie de Pedrógão Grande, qui a fait 61 morts.

Le gouvernement, a poursuivi Catarina Martins, a reconnu à l’époque «tous les problèmes du SIRESP, mais a décidé de créer un groupe de travail» et «passé 2018, 2019, 2020» et est arrivé en 2021 et «Altice a déclaré qu’il ne ferait plus rien après la 30 juin et le gouvernement n’a apparemment pas de projet »et a déclaré,« encore une fois, qu’il y aura une solution ».

«Reporter les décisions fondamentales est une erreur. La sécurité du pays est en jeu, la sécurité des communications de ceux qui nous protègent et, par conséquent, cette étape cruciale est fondamentale, qui en matière de souveraineté et de sécurité doit naturellement être publique et ne pas être livrée au PPP », il renforcé.

Catarina Martins a estimé que «le problème ne doit pas être cyclique, il doit être résolu» car il s’agit d’un problème «aussi fondamental que les communications sur la sécurité dans les situations de catastrophe et de calamité» et, par conséquent, «doit être toujours assuré et le pays a faire en sorte que ce soit toujours dans les meilleures conditions ».

Le chef du parti a affirmé que «c’était une affaire terrible, en tant que PPP privé, de garantir la rentabilité des particuliers au compte public et au compte de sécurité de la population et c’est pourquoi le Bloc de gauche a proposé de revenir à l’État et s’il mettait fin au PPP ».

«Nous avons besoin de moins de correctifs et de plus de sécurité. Le SIRESP est à propos de cela, de notre sécurité et c’est pourquoi il doit être public », a-t-il insisté.

IYN // HB