Bruxelles poursuit le Portugal devant les tribunaux pour "droits d'importation discriminatoires" appliqués aux véhicules d'occasion.

Il s'agit d'une dispute de longue haleine qui a vu la Commission européenne accorder au Portugal "un mois" pour finalement se mettre en ligne il y a plus de sept mois (cliquez ici).

Comme cela arrive souvent lorsque Bruxelles émet des ultimata, rien n'a changé. Les autorités portugaises ont persisté à faire payer trop cher toute personne qui importe un véhicule d'occasion, et Bruxelles a finalement dû donner suite à sa menace.

Il faut dire que la Commission européenne a déjà jugé la tarification des péages autoroutiers de l'A22 (et des autres routes construites dans le même programme SCUT) illégale (et également menacée d'une action en justice), mais rien n'y a changé non plus (cliquez ici) .

Le problème est ce qu'on appelle l'ISV (pour Imposto Sobre Veículos).

La formule utilisée par le Portugal pour calculer l'ISV ne prend pas pleinement en compte l'âge du véhicule.

Autrement dit, il y a deux composantes dans le calcul: l'une se référant à la cylindrée, l'autre à la pollution de la voiture. Dans le premier, l'âge du véhicule est pris en compte, dans le second, il ne l'est pas.

L'argument portugais pour cela est qu'un véhicule pollue autant aujourd'hui qu'il ne l'était lorsqu'il était neuf, quel que soit son âge.

Bruxelles dit cependant que la formule est «injuste» et viole l’article 110 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne.

Deux affaires souscrites par des importateurs privés ont toutes deux «gagné» devant les tribunaux – mais l’administration fiscale d’AT a toujours obstinément continué à s'en tenir à ses armes.

Selon les rapports de l'année dernière, cela est presque certainement dû au fait que le gouvernement craint que toute baisse ne le rende responsable de centaines de milliers d'euros de remboursements.

Alors maintenant, nous ne faisons que «regarder et attendre» – assez clair dans la compréhension que, quelle que soit la décision du tribunal, le Portugal peut toujours refuser de bouger.

natasha.donn@algarveresident.com