En moyenne, un processus est soumis à une diligence raisonnable par jour. Plus d’une nouvelle infraction administrative ouverte par mois. Près de cinquante communications au parquet et une augmentation de 50% des enquêtes ouvertes.

En une année de pandémie, 2020, le nombre de plaintes et de plaintes d’individus blessés, ou sur le point de l’être, a augmenté, impliquant des activités financières non autorisées au Portugal. Et il y a eu une augmentation de 189% – presque trois fois plus – des mesures proposées adoptées et adoptées pour y faire face.

Le portrait provient du Banco de Portugal, qui a émis l’an dernier des alertes publiques visant 40 entités non autorisées à effectuer des opérations financières et a signalé 69 délits au ministère public. En cause, la déclaration de cette institution fait référence, principalement aux activités liées à la réception de dépôts / fonds remboursables, à la pratique de la fraude, de la falsification de documents, mais aussi de l’usure, de l’extorsion, de la menace, du blanchiment d’argent et des infractions fiscales, à travers des opérations plus efficaces. ou moins sophistiqué.

Cas similaires à ceux qui apparaissent annoncés dans la presse, sur des sites internet ou sur les réseaux sociaux, dans lesquels, dans le cadre de l’octroi de crédit et en échange de la perception de taux d’intérêt très élevés, des personnes ou entités proposent de prêter des sommes en recevant, en garantissant , des biens immobiliers ou d’autres actifs (tels que des véhicules) qui, dans certains cas, finissent par être perdus au profit des créanciers. Et cela a généré une partie des 106 demandes et dénonciations du public qui ont fait l’objet d’une réponse du BdP, dont une partie, vraisemblablement, a été faite à temps pour bloquer l’entrée dans une arnaque. En outre, le régulateur a supprimé 15 sites Internet, qui étaient associés à ces offres illicites.

  • 14 nouvelles infractions administratives établi
  • 47 communications par 69 crimes associée au développement d’activités financières illicites
  • 40 entités ciblé par les alertes publiques
  • 15 sites pris de l’air
  • 106 demandes et rapports du public a répondu

En un peu plus de deux mois, depuis le début de 2021, Banco de Portugal a déjà émis 25 alertes cette année (dont certaines correspondent à la même entité ou à des personnes qui lui sont liées), impliquant des situations liées à des opérations de crédit, à la réception de dépôts ou dépôts, autres fonds remboursables, transfert de fonds et autres services de paiement et d’émission de monnaie électronique. Ce n’est qu’aujourd’hui, 3 mars, que trois de ces situations ont été rendues publiques.

Outre les alertes publiques et l’activité d’enquête et de lutte contre ces activités qui découlent, entre autres, de plaintes, Banco de Portugal met à disposition en ligne une base de données des entités autorisées qui peut être consultée en cas de doute.

Contenu Bop: La lutte contre les activités non autorisées a presque triplé au cours de l’année écoulée apparaît en premier dans Vision.