Nominé pour la troisième fois pour le prix, Galgut l’a conquis avec une histoire de son pays, se déroulant à la fin de « l’apartheid », dans laquelle il explore les relations entre les membres d’une famille blanche en décomposition, à travers la séquence de quatre funérailles.

« La promesse » est le neuvième roman de Galgut et le premier en sept ans. L’auteur, qui vit au Cap, avait déjà été sélectionné pour Booker en 2003, avec « The Good Doctor » et, en 2010, avec « In a Strange Room ». Son roman de 2005 « La carrière » a été adapté au cinéma.

La présidente du jury, historienne et universitaire Maya Jasanoff, a déclaré que « La promesse » a surpris dès le début du processus de sélection, comme « un récit pénétrant et incroyablement bien construit d’une famille sud-africaine blanche à la fin de « l’apartheid » et de la période Qui a suivi. A chaque lecture, on sent que le livre grandit [em dimensão]. Avec l’économie narrative, il offre des perspectives émouvantes sur les conflits générationnels, réfléchit sur la vie dans son intégralité et sur la mort », et ne laisse pas en blanc toutes les implications du passé dans l’Afrique du Sud d’aujourd’hui, traduite par la métaphore du titre, « La Promesse  » (« La promesse »).

Le jury compare l’approche de Galgut de la vie familiale au style narratif de l’écrivain américain William Faulkner, prix Nobel de littérature en 1949. Pour la dimension interne des personnages et leur caractérisation, il fait un parallèle avec l’écrivain britannique Virginia Woolf.

Damon Galgut fait tout cela « avec une sensibilité, un art et une portée qui sont entièrement les siens », poursuit le jury, reconnaissant dans l’œuvre « une démonstration spectaculaire de la façon dont le roman peut vous faire voir et repenser ». Ainsi, pour le jury, « La promesse tient ses promesses ».

« C’est un livre sur les héritages, ceux dont nous avons hérité et ceux que nous avons laissés, et en lui décernant le Booker Prize de cette année, nous espérons qu’il trouvera un écho auprès des lecteurs pour les décennies à venir. »

Outre Maya Jasanoff, le jury de l’édition de cette année était composé de la rédactrice Horatia Harrod, de l’actrice Natascha McElhone, du professeur et écrivain Chigozie Obioma, également sélectionné pour Booker dans les éditions précédentes, et de l’ancien archevêque de Cantorbéry Rowan Willians.

Damon Galgut, en tant que lauréat du Booker Prize, reçoit 50 000 livres (environ 59 000 euros).

Né à Pretoria en 1963, Galgut a écrit son premier roman à l’âge de 17 ans, « Une saison sans péché ». Parmi ses œuvres figurent des titres tels que « Small Circle of Beings » et « The Beautiful Screaming of Pigs ».

Au Portugal, avec le sceau Jacarandá, « Verão Ártico », « L’imposteur » et « Um Quarto Unknown » sont publiés.

L’Américaine Patricia Lockwood, avec son premier roman, « No One is Talking About This », l’écrivaine sri lankaise Anuk Arudpragasam, avec « A Passage North », la Britannique d’origine somalienne Nadifa Mohamed, avec le roman « The Fortune Men », l’Américain Richard Powers, avec « Bewilderment », et sa compatriote Maggie Shipstead, avec « Great Circle », étaient les derniers finalistes du Booker Prize of fiction 2021.

Aucun des livres finalistes n’est publié au Portugal, bien que Powers et Shipstead soient publiés sous d’autres titres, comme Galgut.

Richard Pawers est l’auteur de « Générosité » et « L’écho de la mémoire », deux titres publiés par Bertrand, qui a également édité « Deslumbra-me » de Maggie Shipstead.

MAG // RBF

Le contenu du Booker Prize décerné à l’écrivain sud-africain Damon Galgut pour son roman « The Promise » apparaît pour la première fois dans Vision.