Benfica SAD a informé mardi la Commission portugaise du marché des valeurs mobilières (CMVM) que José António dos Santos avait signé un accord pour vendre 25% du capital social de SAD à John Textor.

La communication de Benfica SAD intervient après avoir reçu des informations de l’actionnaire José António dos Santos, dit le « roi des poulets », concernant les accords signés avec l’homme d’affaires américain.

José António dos Santos « a accordé avec John C. Textor, deux accords pour la vente d’un total de 5.750.000 actions ordinaires, inscrites en compte et nominatives, représentant 25% du capital social de Benfica SAD, sous réserve de paiement » jusqu’au 15 septembre  » du prix total convenu », la somme d’un million d’euros ayant été avancée, peut-on lire dans le communiqué.

Benfica SAD avait déjà reçu lundi la même information de John Textor, le même jour que l’avocat de Luís Filipe Vieira, dans une interview à TVI, selon laquelle il existait « un contrat à ordre entre José António dos Santos, qui achetait des actions de Benfica pour cet objectif, et l’homme [John Textor] c’est avec des négociations presque conclues pour acheter le Crystal Palace et qu’il a la plus grande chaîne de ‘streaming’ et d’événements sportifs aux États-Unis ».

Manuel Magalhães e Silva a ensuite ajouté que Textor « voulait entrer dans le capital de Benfica, pour apporter toute cette technologie et il y a la possibilité qu’il achète jusqu’à 25% de ce capital d’ici le 31 octobre de cette année », après avoir donné « un million comme un signe de l’euro ».

Les déclarations de l’avocat ont également été faites le jour où la CMVM a suspendu la cotation des actions Sport Lisboa e Benfica – Futebol SAD pendant un peu moins de deux heures « pour incorporation d’informations ».

La CMVM a fait valoir que « ces derniers jours, des preuves de diverses irrégularités sont devenues de notoriété publique, susceptibles d’affecter Sport Lisboa e Benfica — Futebol SAD (Benfica SAD), d’avoir un impact sur sa gouvernance d’entreprise et de créer une opacité dans la composition de sa structure actionnariale » .

Dans la note, la CMVM a indiqué qu’elle avait mené des enquêtes pour assurer au marché toutes les informations pertinentes sur la gouvernance et la structure actionnariale actuelle de Benfica SAD et qu’elle avait demandé « des clarifications et, le cas échéant, la fourniture d’informations au marché à Luis Filipe Vieira, José António dos Santos, John Textor, José Guilherme, Quinta de Jugais et Sport Lisboa e Benfica ».

La CMVM a alors justifié la décision de suspendre la cotation des actions Benfica SAD par « l’existence de contrats faisant référence à la cession d’actions dont les conséquences dans l’attribution des droits de vote n’ont pas été portées à la connaissance du marché », a-t-il souligné.

La CMVM a alors promis des efforts pour « rétablir la transparence des participations précitées et tenir les contrevenants responsables du non-respect des devoirs de transparence et de communication au marché ».

Luís Filipe Vieira, qui a suspendu ses fonctions de président de Benfica, était l’un des quatre arrêtés dans une enquête qui implique des transactions et des financements supérieurs à 100 millions d’euros, avec des pertes pour l’État, le SAD du club et Novo Banco.

Vieira, assignée à résidence dans l’attente de la remise d’une caution de trois millions d’euros, et interdite de sortie du pays, est mise en examen pour abus de confiance, escroquerie qualifiée, falsification de documents, blanchiment d’argent, fraude fiscale et abus d’information.

Selon le ministère public, l’homme d’affaires a causé à Novo Banco des pertes d’au moins 45,6 millions d’euros, compensées par le Fonds de résolution.

Dans le même processus, son fils Tiago Vieira, l’agent de football et avocat Bruno Macedo et l’homme d’affaires José António dos Santos ont été interpellés pour le premier interrogatoire judiciaire, tous mis en examen pour escroquerie, faux documents, blanchiment d’argent et fraude fiscale.

L’ancien footballeur Rui Costa, vice-président sous la direction de Vieira, a pris la direction du club et du SAD.

Benfica organisera des élections pour les instances dirigeantes cette année, a annoncé mardi le club dans un communiqué, à l’issue d’une réunion du conseil d’administration « incarné ».

JMC (JJ/JYGO/CC/RPC) // JMC