Banco de Portugal (BdP) a alerté aujourd’hui les consommateurs sur les risques associés aux actifs virtuels, tels que Bitcoin, avertissant qu’ils sont normalement soumis à une «énorme volatilité» et «ne sont garantis» par aucune autorité nationale ou européenne.

« Au vu de la récente volatilité observée dans les prix de certains actifs virtuels, à savoir le Bitcoin, Banco de Portugal réitère les mises en garde précédemment adressées aux consommateurs concernant les risques liés à l’utilisation et à la commercialisation de ces actifs », a indiqué la banque centrale dans un communiqué. publié sur votre site Web.

Le régulateur souligne que « les actifs virtuels n’ont pas de cours légal au Portugal, de sorte que leur acceptation à leur valeur nominale n’est pas obligatoire » et « ne sont pas garantis par Banco de Portugal ou par aucune autorité nationale ou européenne ».

« Actuellement, il n’existe aucune protection juridique garantissant le droit de remboursement aux consommateurs qui utilisent des actifs virtuels pour effectuer des paiements, contrairement à ce qui se passe avec les instruments de paiement réglementés », explique-t-il, avertissant que « les informations sur les actifs virtuels mises à la disposition des consommateurs peuvent être inexactes, incomplet ou peu clair ».

Outre que la formation du prix de ces actifs est « souvent peu transparente », BdP prévient que « la plupart des actifs virtuels sont soumis à une énorme volatilité ».

«En cas de dévaluation partielle ou totale des actifs virtuels, il n’y a pas de fonds pour couvrir les pertes éventuelles de ses utilisateurs, qui devront supporter l’intégralité du risque lié aux opérations avec ces instruments», souligne-t-il, prévenant que l’utilisateur peut donc , «Perdre une grande partie ou la totalité du capital investi». Il convient donc de bien se renseigner sur le sujet avant d’investir dans les cryptos.

Dans le communiqué rendu public aujourd’hui, la banque centrale avertit également que les transactions avec des actifs virtuels « peuvent être utilisées à mauvais escient dans des activités criminelles, notamment le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme ».

En outre, et comme «la plupart des entités qui vendent des actifs virtuels ne sont pas basées au Portugal», tout règlement des litiges «peut ne pas relever de la compétence des autorités nationales».

La BdP rappelle être, depuis le 1er septembre 2020, «l’autorité compétente tant dans l’enregistrement que dans la vérification du respect des dispositions légales et réglementaires applicables au blanchiment d’argent et au financement du terrorisme par les entités qui exercent certaines des activités avec actifs virtuels: services d’échange entre actifs virtuels et monnaies fiduciaires ou entre un ou plusieurs actifs virtuels; services de transfert d’actifs virtuels; et les services de garde ou de garde et l’administration d’actifs virtuels ou d’instruments permettant de contrôler, de détenir, de stocker ou de transférer ces actifs, y compris les clés cryptographiques privées ».

Cependant, il précise, à propos de ces entités, «la compétence de Banco de Portugal se limite uniquement à la prévention du blanchiment d’argent et du financement du terrorisme, sans s’étendre à d’autres domaines, de nature prudentielle, comportementale ou autre».