Ce matin, les détails ont été finalisés dans le noyau central, dont le déménagement à une nouvelle adresse a été «forcé» par la pandémie de covid-19, puisque l’espace où Amadora BD a été au cours des 16 dernières années, le Forum Luís Camões, se trouve dans ce moment spatial de la vaccination.

« Nous avons adopté cette adresse avec tous les avantages que cette adresse a, à savoir une relation très fructueuse avec le monde extérieur, qui nous permet de créer pour la première fois un lieu de festival », a déclaré la directrice d’Amadora BD, Catarina Valente, dans déclarations à Lusa lors d’une visite dans l’espace.

Au Ski Skate Amadora Park, dans la paroisse de Damaia, l’organisation a réussi à créer « un espace social et vivant », à l’extérieur, à côté du parc des expositions central, qui rassemble dix expositions d’auteurs nationaux et internationaux, et la zone commerciale, là où il se trouve, ils réaliseront les séances de dédicaces habituelles et les éditeurs nationaux de bandes dessinées seront présents.

« Cet espace est invitant dans le sens où se déplacer entre les espaces est extrêmement facile et nous avons un très bon accès », a déclaré Catarina Valente.

Après une édition en ligne en 2020, le directeur d’Amadora BD souligne l’importance du « contact direct avec le public et la communauté ‘bdefil' », quelque chose de « fondamental pour que le festival continue » et pour l’organisation de continuer  » à faire venir la bande dessinée à le public ».

L’édition qui démarre aujourd’hui a un « programme très diversifié et polyvalent aussi ». « Nous allons avoir un contenu très différent que nous pensons être des opportunités uniques pour nos visiteurs », a-t-il déclaré.

Catarina Valente a par exemple souligné l’exposition « 80 ans de Diana, Wonder Woman : Warrior et Pacifista », qui célèbre le 80e anniversaire de ce personnage de DC Comics et « qui marquera l’histoire d’Amadora BD ».

« C’est une protagoniste féminine, qui appartient à la Justice League, et a cet impact aujourd’hui, notamment avec la question du féminin et l’importance du féminin dans la bande dessinée », a-t-elle déclaré.

L’exposition, dans laquelle il est possible de voir des originaux, « d’un collectionneur ami du festival », amène à Amadora BD, entre autres, « les Portugais Daniel Henriques et Miguel Mendonça, qui illustrent ce personnage pour DC Comics ».

Cette année, le festival marque un autre anniversaire, le 75e anniversaire de Lucky Luke, avec l’exposition « Les héritiers de Morris », qui réunit à Amadora Achdé et Mawil, deux des auteurs qui, après la mort du créateur du ‘cowboy ‘ plus de BD, en 2001, contribuent à « ces personnages ne tombent pas dans l’oubli et continuent de faire partie de l’imaginaire des lecteurs ».

Catarina Valente met également en lumière l’exposition « A História do Manga », consacrée à la bande dessinée japonaise, « ses caractéristiques et son impact sur la culture occidentale ».

« Il était temps de se rapprocher du jeune public, et nous avons pensé cette exposition en prenant en compte le jeune public qui nous rendait visite et qui sont les lecteurs de mangas. En plus de présenter des reproductions originales de séries cultes comme ‘Akira’, ‘Lone Wolf’ ou ‘Astroboy’, [a mostra] présente d’autres collections un peu plus populaires, également dues à l’anime et au cinéma d’animation, comme ‘Dragon Ball’, ‘Navegantes da Lua’ ou ‘Doraemon' », a-t-il ajouté.

Au cœur d’Amadora BD sera également à l’affiche, entre autres expositions : « Michel Vaillant : le (prochain) défi », où l’on peut voir des originaux de Marc Bourgne et des œuvres d’art numérique de Benjamin Beneteau, deux des auteurs de la série créé par Jean Graton dans les années 50 ; « Happy Summers », dédié à cette série de bandes dessinées françaises ; et « Corvo V : Inimigos Íntimos », dans lequel Luís Louro, lauréat du prix 2020 de la meilleure bande dessinée et auteur portugais, montre le cinquième volume des aventures du personnage qu’il a créé en 1994.

En plus du Ski Skate Amadora Park, dans cette édition Amadora BD a également des expositions à la galerie municipale Artur Bual, «Le bon fils revient à la maison. Rétrospective de Jorge Miguel » et « Marcello Quintanilha. Chão de Estrelas », et, à Bedeteca da Amadora, « Desvio, de Bernardo P. Carvalho et Ana Pessoa ».

L’horaire complet d’Amadora BD, qui se déroule jusqu’au 1er novembre et est organisé par la municipalité d’Amadora, peut être consulté sur www.amadorabd.com.

JRS // TDI

Le contenu d’Amadora BD s’ouvre au public avec une programmation « diversifiée et polyvalente » qui apparaît d’abord dans Visão.