Le président exécutif d’Altice Portugal a annoncé aujourd’hui le lancement de la deuxième phase du programme de licenciement volontaire de personnes avec une priorité pour les 55 ans et plus, qui peut couvrir jusqu’à environ deux mille salariés.

Dans une interview accordée à Diário de Notícias, João Zúquete da Silva, a déclaré que la priorité serait donnée aux employés âgés de 55 ans ou plus, par conséquent, les préretraites.

Le président exécutif d’Altice Portugal affirme également que l’entreprise va aller de l’avant avec un plan organisationnel intégré, tout au long de 2021, «composé essentiellement de mécanismes volontaires, qui visent à rendre l’entreprise plus agile, plus efficace et plus adaptée pour faire face à des des réalités difficiles que dicte le contexte du marché ».

«Ce plan envisage la deuxième phase du programme Pessoa, qui a les mêmes principes qui ont présidé à la première, et aussi un programme généreux de licenciement à l’amiable, deux mécanismes de participation volontaire, qui dépendent de la volonté et de l’initiative du salarié. Ce plan pourrait inclure jusqu’à environ deux mille employés, sur un total de près de huit mille employés directs et près de 20 mille indirects », a-t-il dit.

Contrairement à la première phase du programme, qui couvrait les travailleurs âgés de 50 ans et plus, proposant soit une suspension de contrat, soit une préretraite, dans cette seconde phase et selon João Zúquete Silva, la priorité sera donnée aux salariés âgés de plus de 55 ans.

«Les travailleurs qui satisfont aux exigences en matière d’âge et d’ancienneté peuvent exprimer leur intérêt à rejoindre le programme à partir d’aujourd’hui, car, comme notre prérogative, nous avons déjà communiqué à l’organisation hier après-midi. [quarta-feira] », Avancée

Le président exécutif d’Altice a déclaré qu’il estimait «une adhésion en grand nombre de personnes non seulement pour la générosité et l’équité du programme en question mais aussi pour ses caractéristiques intrinsèques.

Interrogé sur la question de savoir si c’est la crise causée par la pandémie de covid-19 qui oblige Altice à licencier, via le programme Pessoa, davantage de travailleurs, João Zúquete da Silva dit que la responsabilité devrait être attribuée à Anacom et à l’Autorité de la concurrence (AdC).

«Ce n’est pas à cause de la pandémie ou de la recherche de résultats et de profits que nous faisons ce mouvement. C’est quelque chose que nous gérons et que nous avons prouvé. Nous faisons cela parce qu’Anacom et AdC ont adopté une posture d’attaque permanente et de grande hostilité, avec des impacts très graves sur notre secteur. La responsabilité de cette réorganisation doit donc être attribuée à ces autorités », a-t-il déclaré.

Le responsable a souligné «l’environnement réglementaire défavorable, à commencer par le régulateur sectoriel – Anacom -, qui a détruit de la valeur pour le marché en raison de sa performance aveugle concernant les véritables intérêts du pays et qui a abouti au projet le plus important à sa charge, la vente aux enchères de la 5G ».

DD // SB

Le contenu d’Altice progresse aujourd’hui avec un programme de résiliation qui peut couvrir 2 mille travailleurs apparaît d’abord dans Visão.