La grève d’aujourd’hui dans le cadre du 1er mai enregistre «des niveaux élevés d’adhésion» des travailleurs des entreprises de distribution, de commerce de détail et de miséricorde, a avancé le Syndicat des travailleurs du commerce, des bureaux et des services du Portugal (CESP).

«Nous avons un bilan très positif. Nous avons une forte adhésion à la grève dans d’innombrables lieux de travail, partout dans le pays », a déclaré la directrice du CESP, Célia Lopes, sans avoir une comptabilité précise, expliquant que la participation varie beaucoup d’un lieu de travail à l’autre.

S’adressant à l’agence Lusa, le dirigeant du CESP a déclaré que, par exemple, à l’entrepôt de DIA Portugal, à Valongo, dans le district de Porto, «l’adhésion est supérieure à 70%».

«Il y a d’innombrables magasins Minipreço à travers le pays, il y a des magasins Lidl qui ne sont ouverts que parce qu’ils étaient des travailleurs d’autres magasins là-bas, car sinon ils seraient fermés, et il y a d’innombrables indications et informations selon lesquelles dans de nombreux grands hypermarchés il y a des succursales fermées et de nombreuses difficultés et de nombreux retards dans le service à la clientèle », a déclaré Célia Lopes.

Les grévistes « continuent à ne pas apprécier leur carrière, à recevoir le salaire minimum national et, par conséquent, ils ont donné une excellente réponse, exigeant une augmentation des salaires et une amélioration de leurs conditions de vie et de travail », a déclaré le syndicaliste.

Dans le contexte de la pandémie du covid-19, les travailleurs des entreprises de distribution et de commerce de détail ont été jugés essentiels, y compris dans les décrets de l’état d’urgence, mais « ont continué à percevoir le salaire minimum national », a souligné le dirigeant du CESP.

En ce qui concerne les travailleurs des Institutions Privées de Solidarité Sociale (IPSS) et des Misericórdias, l’adhésion à la grève «est également très grande», vérifiant qu ‘«il existe de nombreuses institutions qui travaillent uniquement et exclusivement avec les services minimums», car elles servent cela ne peut pas être fermé, car les soins de base doivent être fournis aux utilisateurs.

«C’est un secteur, à savoir et en particulier à Misericórdias, à Santas Casas de Misericórdia, où presque tous les travailleurs perçoivent le salaire minimum national et travaillent avec des horaires de travail très non réglementés», a déclaré Célia Lopes.

Pour ces raisons, les travailleurs de l’IPSS et de Misericórdias ont donné «un signal important» qu’ils sont disponibles pour continuer à se battre si l’União das Misericórdias Portuguesa et le gouvernement ne viennent pas légiférer sur les conditions de travail et l’amélioration des salaires, a souligné le directeur du CESP. .

Lors de la participation à la grève, le syndicat a également souligné «l’excellente adhésion» des travailleurs des magasins Rádio Popular, qui tout au long de la période pandémique n’ont pas non plus cessé et qui travaillent souvent avec des horaires très non réglementés, «travaillant neuf et dix heures par personne. journée ».

Les travailleurs se battent pour augmenter les salaires de tous les travailleurs de 90 euros, pour valoriser les carrières et les catégories professionnelles, pour réduire le temps de travail à 35 heures par semaine sans réduction de salaire, pour embaucher plus de travailleurs, contre la banque.heures et la déréglementation du travail heures, et pour la défense de l’emploi et contre la précarité.

« Il est urgent que les patrons acceptent de négocier les contrats collectifs de travail avec valorisation des salaires et des carrières sans retrait de droits ou déréglementation du temps de travail », a défendu le CESP.

Selon le syndicat, ce 1er mai, les travailleurs des entreprises de distribution, du commerce de détail, IPSS et Misericórdias, en plus de participer à la grève, participeront aux manifestations de la Confédération générale des travailleurs portugais – Intersindical Nacional (CGTP – IN), réalisée dans tout le pays.

Les célébrations de la Fête du Travail de la CGTP-IN se déroulent sous le slogan «Lutter pour les droits, lutter contre l’exploitation» et réaffirmer la défense de l’emploi, la croissance des salaires, l’horaire hebdomadaire de 35 heures et l’amélioration des services publics.

SSM (RRA) // SSS

Le contenu «Hauts niveaux d’adhésion» à la grève des travailleurs de la distribution et du commerce de détail apparaît en premier à Visão.