L'Autorité pour les conditions de travail (ACT) a annoncé aujourd'hui que l'inspection de la Fondation Casa da Música, à Porto, est terminée, avec 34 participations envoyées au parquet et le lancement d'actions qui en résulte.

Dans une réponse écrite à l'agence Lusa, ACT a déclaré que, «dans le cadre de la procédure d'inadéquation du cautionnement donnant droit à la fourniture d'une activité dans des conditions correspondant à celles du contrat de travail», les inspections de la Fundação Casa da Música sont conclues.

Selon cette autorité, 34 participations ont été adressées au parquet, dont neuf concernaient des travailleurs affectés à la zone de production, 16 des professionnels travaillant dans la zone Front of Home et neuf autres liées aux guides.

Le 4 septembre, la Fondation Casa da Música, en réponse à l'agence Lusa, a soumis aux 36 prestataires identifiés par ACT une proposition de contrat de travail, en vue d'une intégration dans le personnel.

En réponse, la Fondation Casa da Música (CdM) a déclaré qu'ACT avait identifié des éléments de preuve recommandant la signature de contrats de travail avec 36 prestataires de services, dont 10 appartiennent au domaine technique, 16 à la fréquentation des salles et 10 à l'assistance aux visites. au bâtiment.

«Dans 35 des cas, et dans le délai imparti, la Fundação Casa da Música s'est entretenue avec ACT en présentant les arguments qui justifiaient que, dans tous les cas, le régime contractuel pratiqué serait davantage adapté à la fourniture de services et non à un régime contrat », a précisé le CdM, assurant cependant que dans le 36ème cas, Casa da Música« a présenté, d'emblée, le contrat de travail conclu, y éteignant le processus ».

Selon l'équipement culturel, huit contrats de travail ont été signés au cours du mois d'août et la fondation "reste disponible pour conclure des contrats de travail avec les autres prestataires de services identifiés par ACT".

«Sans jamais répondre à la déclaration de la Fondation Casa da Música, ACT a procédé à la communication au parquet, conformément à la loi, de sorte que 35 affaires ont été engagées devant le tribunal du travail afin de vérifier s'il existe ou non des relations professionnelles. dans les cas indiqués par ACT », fait référence CdM, ajoutant que des processus entrés sur la plate-forme Citius« cinq sont déjà éteints et trois sont au bord de l'extinction ».

Le 21 août, dans une note envoyée à l'agence de Lusa, la Fundação Casa da Música a annoncé que sept des 10 prestataires de services techniques identifiés par l'Autorité des conditions de travail (ACT) allaient avoir des contrats de travail.

Cette note résulte du dépôt de six poursuites par le ministère public devant le tribunal du travail de Porto contre la Fondation Casa da Música, demandant la reconnaissance de l'existence de contrats de travail.

Le 28 avril, 92 travailleurs de la Fondation Casa da Música ont signalé, dans une pétition, l'existence de plusieurs dizaines de travailleurs avec des recettes vertes qui se sont retrouvés sans aucune rémunération pour les emplois supprimés, à la suite des mesures d'urgence dues à la pandémie du covid- 19.

Cette pétition a été suivie d'une veillée silencieuse, le 1er juin, date qui coïncidait avec la réouverture de la Casa da Música, ayant été signalée, le lendemain, sur la base du témoignage de l'une des personnes ciblées, qu'environ 13 Des travailleurs «précaires» ont été libérés des concerts qui avaient été attribués pour le mois de juin.

Après la pétition, des auditions parlementaires ont été demandées sur la situation à la Casa da Música, où, en plus du président du conseil d'administration, six travailleurs ont également été entendus – un appartenant au conseil d'administration et cinq à des reçus verts – qui ont accusé l'administration, ainsi que direction artistique de l'institution, manque de dialogue et évoque «pressions et représailles».

Le 24 juin, l'inspecteur général de l'Autorité des conditions de travail, Luísa Guimarães, a admis, lors d'une audition au parlement, qu'il y avait des signes indiquant qu'il y avait des travailleurs avec de faux reçus verts à la Casa da Música.

Une semaine plus tard, la ministre de la Culture, Graça Fonseca a déclaré, à la commission parlementaire de la culture et de la communication, que le gouvernement agirait s'il y avait de "fausses recettes vertes" dans l'équipement, affirmant que "l'État ne finance pas la précarité".

Le 24 juillet, dans une note adressée aux médias, la Fondation Casa da Música a annoncé qu'ACT allait renvoyer le cas de neuf travailleurs «précaires» au ministère public, afin que la relation de travail puisse être analysée.

A ce jour, la Fondation a déclaré avoir reçu, le 6 juillet, une notification d'ACT qui «recommandait la conclusion de contrats de travail avec neuf prestataires de services».

«Le 22 juillet, ACT, sans commenter les allégations présentées par la Fundação Casa da Música (envoyée le 16 juillet), a communiqué la décision de renvoyer l'affaire devant le parquet, afin que son existence puisse être évaluée, ou pas, les relations industrielles », a déclaré le fondement dans la même note.

Le 30 dernier, ACT a confirmé, dans une réponse écrite à Lusa, que neuf participations avaient été envoyées aux services du parquet en vue de «introduire par eux les actions correspondantes pour reconnaître l'existence d'un contrat de travail, des travailleurs affectés à la zone de production ”de la Fondation Casa da Música.

SPYC (JRS / PFT) // MAG

Lusa / Fin.

Le contenu d'ACT termine son inspection à la Casa da Música, après l'envoi de 34 entrées au député, apparaît en premier dans Visão.