À l'heure où se déroulent des négociations sur le cadre financier pluriannuel 2021-2027 et sur la soi-disant «  Next Generation EU '', le fonds créé pour répondre à la crise post-covid-19, l'Assemblée européenne discutera aujourd'hui de la création de cette conditionnalité, qui introduirait une suspension ou la réduction du financement européen en cas de violation de l'État de droit, proportionnellement à sa nature et à sa gravité.

Le débat a lieu le premier jour de la session plénière, qui se déroule jusqu'à jeudi à Bruxelles.

Ce mercredi, la présidence allemande du Conseil de l'Union européenne (UE) a été mandatée pour négocier avec le Parlement européen l'accès conditionnel au budget communautaire et au Fonds de relance pour se conformer à l'État de droit.

La question est l'approbation de la proposition soumise par l'Allemagne pour un nouveau "régime général de conditionnalité pour la protection du budget de l'Union".

Le document prévoit que les États membres ne peuvent accéder à ces fonds communautaires que s'ils respectent des valeurs telles que les principes de légalité et de transparence, l'indépendance des tribunaux et l'égalité devant la loi, entre autres.

Le lien entre le fonds de redressement et le maintien de l'état de droit implique cependant des négociations difficiles, compte tenu de l'opposition de pays comme la Hongrie et la Pologne, qui ont ouvert des processus contre eux pour non-respect de ces valeurs.

Les députés ont averti les pays que l'Assemblée européenne n'approuvera le budget à long terme de l'UE que si un mécanisme solide est adopté pour réduire ou suspendre le financement européen pour un pays qui enfreint l'état de droit.

En juillet dernier, le Conseil européen a approuvé un cadre financier pluriannuel pour 2021-2027 de 1,074 milliard d'euros et un fonds de relance de 750 milliards pour faire face à la crise générée par le covid-19.

Pendant ce temps, ce mercredi, l'exécutif communautaire a publié son premier rapport annuel sur l'état de droit dans l'UE, dans lequel il a exprimé de «sérieuses inquiétudes» concernant les pressions et les attaques contre les tribunaux et la presse par les gouvernements hongrois et polonais, pays avec procédure ouverte contre vous pour violation de ces valeurs.

Dans les deux cas, des questions telles qu'une prétendue ingérence dans l'indépendance des juges sont en cause.

Toujours dans le cadre de cette session plénière, la première du mois, le Parlement européen proposera la création d'un mécanisme européen de contrôle du respect de la démocratie, de l'État de droit et des droits fondamentaux dans chaque État membre.

Le Parlement européen a appelé à la création d'un tel instrument depuis 2016.

ANE // FPA

L'accès conditionnel aux fonds de l'UE par l'état de droit à l'agenda du PE apparaît en premier dans Vision.