Un cinquième bateau chargé d’hommes nord-africains débarquant illégalement en Algarve a été «intercepté» par la police.

Les 21 hommes sont arrivés sur la plage de Farol, sur l'île de Culatra, peu avant 20 heures mardi soir.

Les habitants ont soulevé l'alerte et les autorités ont emménagé. Les hommes sont maintenant «retenus», en attendant une décision sur ce qu'ils doivent faire – mais leur arrivée – le cinquième bateau en l'espace de quelques mois – montre que les méthodes doivent changer à moins que le Algarve veut rester une porte ouverte à l'immigration illégale.

C'est l'avis d'Acácio Pereira, président du syndicat des inspecteurs de l'agence des frontières du SEF.

Il a dit à Lusa ce matin que le gouvernement devait commencer à «régler ce problème d’emblée».

Dans l’état actuel des choses, le Portugal a «systématiquement échoué» à détecter ces bateaux en mer, et il «n’a pas la capacité d’accueillir ces personnes dans des centres d’installation, comme cela se produit dans d’autres pays».

En effet, les centres d'installation existant dans les aéroports sont déjà remplis de ce type de cas. Les arrivées les plus récentes avant le mardi 21 sont toujours à l’aéroport de Faro en attendant leur rapatriement. Trois ont réussi à s'échapper à deux reprises, quoique brièvement.

Selon António Pina, président d'AMAL – l'association des municipalités de l'Algarve – le message selon lequel les migrants illégaux ne seront pas tolérés ne «passera» que lorsqu'ils commenceront à être «renvoyés».
Depuis décembre de l'année dernière, un total de 69 jeunes hommes, censés être originaires d'Afrique du Nord, sont arrivés en Algarve.

Les services secrets portugais trouvent la situation «particulièrement préoccupante» (cliquez ici), mais la ligne «officielle» d’Eduardo Cabrita, ministre de l’Administration de l’intérieur, est qu’il est «prématuré» de considérer le Portugal comme une nouvelle destination pour l’immigration clandestine.

Après s'être entretenu avec Acácio Pereira, la radio TSF a tenté de contacter M. Cabrita – ou du moins le ministère – pour obtenir un devis, mais "n'a toujours pas reçu de réponse".

natasha.donn@algarveresident.com