Ainsi, ils proposent qu’il soit identifiable en tant que Composant, avec une inscription correspondante dans les rubriques Réformes et Investissements.

La proposition de plate-forme civique est également approuvée par l’équipe de cartographie du territoire culturel et artistique au Portugal, selon une note conjointe des deux organes envoyée à l’agence Lusa.

Les deux organes contestent le fait que le PRR ne fait que «trois références à la culture, simplement en tant que zone adjacente à d’autres réformes / investissements».

«Il y a donc un écart incompréhensible concernant la Culture et la centralité transversale que ce domaine devrait occuper dans un plan de ce type», disent-ils.

Pour les deux organismes, un livre blanc sur la relance de la culture au Portugal est nécessaire dans le cadre du processus de transformation du secteur et de ses articulations avec les autres.

Considérant, d’emblée, qu’il est de la responsabilité de la société civile de contribuer aux propositions de relance du secteur, un ensemble de mesures est proposé pour placer la culture dans le cadre de la résilience, de la transition climatique et de la transition numérique, en le périmètre de Culture, transversal aux trois composantes inscrites dans le PRR.

Ainsi, en matière de résilience, ils proposent une cartographie et un nouveau cadre fiscal pour le secteur de la culture, de nouveaux processus fiscaux et de protection sociale pour les professionnels de la culture, le renouvellement, l’amélioration et l’expansion des infrastructures et des équipements, le lien entre les professionnels de la culture et les réponses sociales. aux populations sanitaires vulnérables (exemple de personnes ayant des besoins spéciaux).

Ils proposent également la culture comme stratégie d’inclusion et de prévention des problèmes de santé mentale et de bien-être.

L’augmentation de l’offre de formation qualifiée et certifiée dans le domaine culturel et artistique (par exemple, l’ingénierie du son), la formation / l’embauche d’agents de médiation et d’intermédiation au niveau local, sont d’autres propositions liées à la résilience.

En ce qui concerne la transition climatique, ils proposent un soutien à la certification énergétique des événements durables, au remplacement des sources d’énergie (biodiesel; technologie Led), à la culture comme élément accélérateur et transformateur dans la mise en œuvre des Objectifs de Développement Durable (ODD) et des inclusion des industries culturelles et créatives dans les programmes de mobilité durable et de régénération urbaine pour créer une durabilité visuelle.

La modernisation et la transition énergétique des équipements culturels est une autre proposition de transition climatique.

Concernant la transition numérique, les deux instances prônent l’optimisation de la programmation des réseaux et la création de synergies à un niveau inter-échelles (régional, national et international), le soutien aux biens culturels échangeables (par exemple les jeux vidéo et les plateformes), notamment production de contenus et renforcement de la capacité opérationnelle des mécanismes locaux publics et privés de gestion et de gestion culturelle (interopérabilité).

La plateforme de convergence civique de Cultural et l’équipe de cartographie culturelle prônent également la numérisation du patrimoine et des arts en général, y compris les musées et le patrimoine bâti et immatériel, les bibliothèques, l’audiovisuel et le cinéma, les salles d’exposition, les créateurs et producteurs de spectacles, les arts plastiques, entre autres. , à des fins de diffusion, de promotion, d’inventaire, de disponibilité en ligne et autres et la création d’une plateforme numérique pour la Culture qui favorise la cartographie et le suivi des activités et des mécanismes de partage et de transparence des contrats public-privé et des partenariats privés.

Pour les deux organisations, les propositions «ne sont pas un point d’arrivée, mais plutôt un point de départ nécessaire pour une véritable discussion sur les nouvelles politiques culturelles dans le cadre d’une société ouverte qui recherche effectivement la gouvernance pour la transformation», concluent-ils.

CP // MSP